396
Sortie en kiosque
le 1 juillet 2019

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 17 juin 2019

Canard PC 396 : Édito

News du CanardPC N°394

Kano de sauvetage

Kano de sauvetage V

ous l'aurez sans doute remarqué, Mortal Kombat 11 n'est pas testé dans ce numéro de Canard PC. La copie du jeu ne nous a en effet pas été envoyée avant la sortie, sans doute la faute à pas de chance. Les premiers retours de joueurs console ayant reçu accidentellement le jeu en avance indiquent toutefois qu'il serait nécessaire de grinder comme un cochon pendant des plombes, et d'enchaîner des dizaines de combats quasi impossibles face à une IA tricheuse, pour débloquer les pièces d'équipement et variations disponibles pour les personnages. Pire, ces modificateurs ne seraient pas disponibles pour le joueur 2 lors d'une partie en versus local, obligeant ce dernier à grinder avec son propre compte... ou à claquer des thunes pour les obtenir plus rapidement. Bref, attendez le test, car ça ne sent pas bon. LFS

 


Du 23 avril au 5 mai, l'édition arcade de Street Fighter V sera disponible gratuitement sur Steam. Oui, c'est ça, juste au moment de la sortie de Mortal Kombat 11. Probablement un malheureux hasard du calendrier. LFS


Toutes fenêtres ouvertes

On a tous quelque chose en nous de Tennessee, certes, mais on a tous aussi un pote qui, à chaque fois qu'il le peut, vous rappelle d'un air supérieur qu'il est resté sous Windows 7 parce que « c'est mieux niveau perf' pour le gaming, et puis franchement Windows 10 je peux pas ». Bonne nouvelle, cette faction minoritaire de snobs est en train de disparaître. Après des années de stagnation, la part de marché de Windows 7 diminue enfin (36 % aux derniers chiffres mondiaux, datant de mars), tandis que celle de Windows 10 atteint un nouveau record à 43 %. Cessons donc cette guerre fratricide, et moquons-nous ensemble, main dans la main, des gueux qui persistent à utiliser Linux (1,5 %) ou pire, Mac OSX (9 % toutes versions confondues). Qu'il est bon d'être dans cette majorité qui a raison. A.


Menu vapeur

Menu vapeur À

la Game Developers Conference fin mars, Valve a révélé que Steam bénéficiera d'un ravalement de façade au cours de l'année. Gabe Newell aurait passé plusieurs heures sous Paint pour nous concocter une nouvelle interface plus design, plus moderne, d'un joli camaïeu gris-bleu, avec pas mal de petits changements. La page d'accueil de l'onglet « Bibliothèque » mettra en avant les titres les plus joués par l'utilisateur, ainsi que par ses amis. Juste en dessous figureront les mises à jour récentes des jeux. En cliquant sur un titre, on pourra voir les « événements » en cours qui lui sont liés, par exemple un stream en direct-live de 420_k3vin_666, célèbre influenceur Twitch à quatre milliards d'abonnés. Rien de bien révolutionnaire donc, mais Steam doit sentir le souffle chaud de la concurrence sur sa nuque et veut s'assurer que son lanceur restera le plus ergonomique et le plus complet du marché. Quand on voit l'état actuel de l'Epic Game Store, on se dit qu'ils ont encore une petite marge avant d'être inquiétés. A.


Valve nous fait un doigt

Valve nous fait un doigt V

alve a « par erreur » mis en ligne quelques minutes puis retiré sur Steam l'annonce d'un nouveau casque de réalité virtuelle, le Valve Index. L'engin sera annoncé officiellement courant mai, et disponible à partir du 15 juin. Qu'en sait-on ? Sur les trois paramètres les plus importants pour ce genre de matos (prix, résolution des écrans, taille du champ de vision), nous n'avons aucune info. Tout au plus apprend-on que ce modèle sera filaire, qu'il viendra équipé de deux écouteurs intégrés (comme le Rift) et qu'il semble intégrer une caméra sur la partie avant. En revanche, l'Index ne sera probablement pas vendu tout de suite avec les fameux Knuckles, les contrôleurs VR mis au point par Valve qu'on attend depuis un bout de temps. Ces machins pourront s'attacher intégralement à la main (laissant les doigts libres pour gigoter) et auront un capteur de pression pour mesurer la force avec laquelle l'utilisateur serre ses petits poings. Dans les bars louches de Belleville, il se murmure que Valve aurait même prévu un jeu Half-Life VR pour accompagner le lancement de ce nouveau matos. A.

 


Note aux nombreux lecteurs qui voulaient tenter l'ascension de l'Everest par la face sud cet été : rangez les piolets, annulez l'expédition. Après avoir banni tous les sites pornos l'année dernière, le Népal vient d'interdire PUBG sur son territoire. A.


Calmes nous devons rester

Calmes nous devons rester E

t si le miracle était enfin arrivé ? Et si, après avoir souillé la licence en nous pondant des jeux multijoueurs médiocres bourrés de microtransactions à la con, Electronic Arts se sortait enfin les doigts du Sarlacc pour nous offrir un bon jeu Star Wars ? C'est ce que l'humanité toute entière espère depuis que le studio Respawn (propriété de l'éditeur, qu'on connaît déjà pour Titanfall et Apex Legends) a annoncé Star Wars Jedi : The Fallen Order. Il s'agit d'un jeu d'action/aventure à la troisième personne, purement solo, tournant sous l'Unreal Engine. On y incarnera Cal Setis, un jedi ayant survécu au génocide de la fin de l'épisode III. Nous sont promis un vrai scénario et aucune microtransaction ni loot box, ce qui est à peine croyable pour un jeu Star Wars. The Fallen Order, développé pour PC et console, sera dévoilé en détail en juin à l'E3, et nous saurons le 15 novembre, date de sortie annoncée, si la malédiction Star Wars a enfin été levée. A.


L'agence risque tout

L'agence risque tout V

ous ne le saviez peut-être pas, mais l'agence de détectives Pinkerton, qui poursuit Arthur Morgan et le gang de Dutch « j'ai un plan » van der Linde dans Red Dead Redemption 2, existe vraiment aux États-Unis. Fondée en 1850, c'est désormais la filiale d'une multinationale suédoise spécialisée dans la sécurité. Du coup, lorsque les dirigeants de cette société ont joué au jeu, ils se sont dit en bons professionnels que « tiens, on pourrait demander des royalties et se faire quelques millions en roupillant sur le canapé ». En décembre dernier, ils ont donc entamé une action en justice contre Take Two. L'éditeur a répliqué en faisant la même chose, puis tout s'est terminé en eau de boudin avec le retrait des plaintes des deux parties. Quelque part aux États-Unis, des avocats doivent être en train d'acheter leur quatrième Porsche avec les heures qu'ils ont facturées, alors la morale de cette histoire est quand même positive. A.


Daikatana Universalis

Daikatana Universalis D

ans la catégorie « vous êtes certain que ça n'est pas un poisson d'avril ? », l'éditeur suédois Paradox, connu pour ses gros wargames bourrés de chiffres, annonce avoir signé un nouveau jeu de stratégie avec... John Romero. Enfin plus exactement Romero Games, le studio qu'il a monté en Irlande avec sa femme, Brenda Romero. On peut d'ailleurs penser que c'est elle qui aura le rôle principal dans le développement. Si son mari, spécialisé dans les first-person shooters (Doom, Daikatana...) n'a aucune expérience en matière de jeu de stratégie, Brenda a elle créé de nombreux jeux de plateau et bossé sur Jagged Alliance. Aucun détail n'a pour l'instant filtré (on sait juste qu'il s'agira d'une « nouvelle franchise »), Paradox donnera tous les détails à l'E3 en juin. A.

 


Télex

Gladiabots, cet étonnant jeu de robots combattants dont on programme directement l'intelligence artificielle, développé en solo par l'ancien lead programmer de Dungeon of the Endless, sortira en version 1.0 sur Steam le 22 mai. A.


Bioware à l'école des sorciers

Bioware à l'école des sorciers «

em>« Début 2018, le développement d'Anthem était si en retard qu'une seule mission était prête. » Cette phrase, tirée d'une longue enquête (cpc.cx/anthemcaca) sur les coulisses d'Anthem, n'est que la première d'une longue suite de révélations ahurissantes recueillies auprès d'(ex-)employés de Bioware par le journaliste de Kotaku Jason Schreier. Flou autour de la direction que devait prendre le projet, développeurs sous pression et en dépression, désintérêt pour la concurrence qui sort les mêmes jeux (« le mot Destiny était tabou »), mépris des salariés expérimentés qui tirent la sonnette d'alarme, outils techniques imposés et imbitables... Paragraphe après paragraphe, on se rend compte que les problèmes classiques des gros studios de jeux vidéo ont atteint là-bas une intensité qui dépasse l'entendement. Avec une petite touche de délire en prime : « Au sein du studio, on parle de la "magie Bioware", cette certitude que tout s'arrangera dans les derniers mois du développement d'un jeu, peu importent les obstacles. » Cette fois, en guise de tour de magie, Bioware a plutôt fait disparaître – abracadabra ! – sa réputation. I.


La tic-tac du tac-tic

La tic-tac du tac-tic D

epuis que j'ai appris à dire tic-tac en verlan pour gagner en street cred', je n'y peux rien, la tactique, c'est mon dada. Hélas, pour profiter à nouveau de l'excellent système de combat de Divinity : Original Sin 2, il me faut relancer une partie et me refarcir une histoire que je connais déjà. Par bonheur, ce problème sera résolu dès cette année par la sortie de Divinity : Fallen Heroes, un jeu centré sur la baston qui consistera en une suite de missions délicieusement tactiques, avec un vague scénario post-D:OS2. Les règles seront les mêmes que dans le jeu de base, avec quelques perfectionnements pour faire bonne mesure. Je ne vais même pas feindre un désintérêt cynique, car quand on me promet du tour par tour, je souris avec candeur et je reprends une pleine poignée de tac-tic. I.


Le meilleur du vampire

Le meilleur du vampire C

'était le 22 mars 2019. J'étais chez la buraliste ; elle et moi avons appris la nouvelle en même temps. Elle a aussitôt sorti un bidon d'essence et elle s'est mise à arroser son stock de tickets de Loto. « À quoi bon ? Je viens de gagner à la loterie de la vie », murmurait-elle, l'air grave. Dans la rue, les gens pleuraient à chaudes larmes. Moi aussi, j'étais sonné. Après quinze ans de silence, Paradox venait d'annoncer une suite à Vampire : The Masquerade - Bloodlines, le fabuleux jeu de rôle des papas de Fallout, Troika Games. Il y aura de l'exploration à la immersive sim (pensez aux derniers Deus Ex), des combats avec de la magie et, surtout, des tas de vampires puisqu'on incarnera un jeune freluquet tout juste changé en suceur de sang, qui doit lutter pour sa survie dans un monde sombre et violent où les juges de la (très codifiée) société des vampires l'ont déclaré hors-la-loi. Ça sortira dès l'an prochain avec, on l'espère, moins de bugs que Bloodlines. Notez que ce n'est pas placer la barre très haut, il suffira en gros que le jeu tourne plus d'une minute sans planter. I.

 


Télex

Après avoir vendu son jeu d'enquêtes pourrave 3 €, un développeur dont je tairai le nom a décidé de fixer son prix à 170 € afin d'« empêcher les gens de l'acheter » à cause de premiers avis très négatifs, ceci dans un souci de protection des consommateurs jusqu'à la prochaine mise à jour. Et pas du tout dans un effort désespéré pour que les médias parlent de son jeu. Pas du tout. I.


La bosse démat.

La bosse démat. H

a ha ha, la grosse nulle ! J'en ris encore (mais pas trop fort, je sais qu'elle m'écoute et qu'elle est assez susceptible). DeepMind, l'une des technologies d'intelligence artificielle de Google, qui s'est illustrée notamment en gagnant plusieurs matchs de go face à un champion international, vient d'échouer à un problème de maths réservé aux étudiants américains de 16 ans. Visiblement, l'algorithme n'a pas réussi à déchiffrer la forêt de symboles, de mots et d'équations pour parvenir à remettre tout ça dans le bon ordre, aussi facilement qu'aurait pu le faire un être humain. Bon, je fais le malin, mais je ne suis pas sûr que j'aurais fait mieux. Ne boudons tout de même pas notre plaisir, ça fait toujours du bien d'avoir encore quelques domaines où les machines ne nous surpassent pas. Dans le même temps, Toyota vient de dévoiler un robot capable de dépasser l'humain dans le tir à trois points au basket. Mais incapable de déterminer la vitesse à laquelle une baignoire se remplit d'eau, le robot. J'insiste là-dessus. N.M.


Un cancer contre le traitement

Un cancer contre le traitement V

ous vous souvenez quand l'intelligence artificielle devait guérir tous les maux de la planète : éradiquer la pauvreté, mettre un terme à la faim dans le monde, trouver un traitement contre le cancer, supprimer les inégalités, inventer une machine à remonter dans le temps et envoyer un robot pour empêcher la naissance de Zaz ? Eh bien, il semblerait que tout ne se soit pas déroulé exactement comme prévu. Déjà Zaz est bien vivante, il faudra faire avec, mais pour le cancer, ce n'est pas gagné non plus, puisqu'au lieu de les guérir, l'intelligence artificielle s'amuserait plutôt à les créer. Toujours plus loin dans la déconne, des chercheurs de l'université Ben Gourion, en Israël, ont ainsi entraîné une I.A. à fabriquer des faux cancers là où il n'y en a pas, en modifiant, par exemple, des radiographies. Ils ont ainsi montré qu'il était assez simple de pirater les serveurs d'un hôpital et de fausser complètement les diagnostics des médecins, en inventant des maladies à des patients complètement sains, et inversement. L'idée étant, bien entendu, de s'en servir pour foutre en l'air la vie des gens qu'ils n'aiment pas. Ah non, pardon. L'idée étant de sensibiliser les hôpitaux sur les questions de sécurité informatique. Ouais, ouais. N.M.


Doom, doom, doom, doom, I want you in my room

Doom, doom, doom, doom, I want you in my room C

omme vous, nous avons tous été très déçus de découvrir que ce n'était pas Louis-Ferdinand Sébum qui se cachait derrière le pseudonyme de 4shockblast, un speedrunner qui vient de battre un record datant de 1998, pourtant réputé impossible à dépasser : terminer le premier niveau du jeu en moins de 9 secondes. La spécificité des speedruns de Doom étant qu'ils se basent sur le chronomètre intégré au jeu, qui arrondit toujours à la seconde inférieure, le nouveau temps de 4shockblast, 8,97 secondes, fait donc passer le nouveau record officiel à 8 secondes, ce qui ne risque pas d'être dépassé de sitôt, au grand dam de Sébum qui se lamente en regardant son bureau Windows et en répétant : « Ich war dem Ziel so nahe », ce qui voudrait dire « j'étais pourtant si près du but ». « Trösten Sie sich », lui répétons-nous pourtant, « console-toi » : pour réaliser ce record, 4shockblast aura dû s'y reprendre à 50 000 fois, soit 7 500 minutes, soit 125 heures, soit un peu plus de 5 jours. Ah ouais ? Seulement 5 jours ? Au temps pour mois alors, 50 000 essais, ça me paraissait plus long. C'est bon Sébum, tu peux continuer de te morfondre. N.M.

 


Ce n'est pas officiel, mais presque : le prochain épisode d'Assassin's Creed, prévu pour 2020, prendra place chez les Vikings, alors que le prochain Watch Dogs, prévu pour la fin de cette année ou le début de l'année prochaine par mon petit doigt, se déroulera à Londres. Quant au prochain Half-Life, me dites-vous ? Oh là, comme vous y allez, grands fous. N.M.


Le petit plat dans le grand

Le petit plat dans le grand «

em>« Doom ne mourra pas, seulement les joueurs », dit l'adage, qui se vérifie une fois encore avec la sortie de Linear Doom (cpc.cx/lineardoom). À mi-chemin entre pack de cartes et expérimentation artistique, ce mod offre une version alternative des 27 niveaux de Doom 1, compressés à la César jusqu'à ne plus former que de longues lignes droites. Chaque carte devient un couloir qu'il faut parcourir d'un bout à l'autre, de l'entrée à la sortie, en tuant les monstres et en essayant d'utiliser le mètre cinquante de large dont on dispose pour esquiver leurs projectiles. Quel intérêt ? Niveau gameplay, aucun. En revanche, le simple fait de reconnaître aussi bien ces niveaux martyrisés, de réaliser qu'on est capable d'identifier immédiatement l'entrepôt de E2M2 ou les puits de sang bouillant de E3M7 même aplatis comme des hérissons, montre à quel point les espaces virtuels de Doom sont gravés dans nos mémoires. LFS


En grande pompe

En grande pompe E

n sortant de l'excellente émission Canard PC du 8 avril dernier (dont vous pouvez trouver le replay sur notre chaîne YouTube : cpc.cx/cpcyoutube), durant laquelle Oni de Canard PC Hardware a parlé des risques des sex toys connectés, je me suis demandé quelque chose. Et si ces gadgets chinois bourrés de failles de sécurité donnaient naissance à une nouvelle forme d'exhibitionnisme ? Et si des gens se mettaient à choisir volontairement un mot de passe du genre « admin/admin » pour connaître le frisson du risque et se dire « 'ça se trouve, quelqu'un est en train d'accéder à la webcam de mon sex toy pour me regarder m'en servir » ? Imaginez donc ma joie lorsque j'ai appris que la police avait arrêté cinq hommes qui avaient volé près de 120 000 litres d'essence dans des stations-services de la région parisienne, tout simplement en utilisant une télécommande spéciale qui permet de se servir sans payer pour peu qu'on ait le bon code PIN – code PIN, que de nombreux pompistes n'ont jamais pris la peine de changer, et qui est donc resté à sa valeur d'origine (0000). Il y a vraiment des pervers. LFS


Enfant de giallo

Enfant de giallo D

ario Argento, qui a plus fait pour le prestige culturel de l'Italie que Luciano Pavarotti et Jean Panzani réunis, est en train de bosser sur un jeu vidéo. Ou plutôt, soyons précis, Dario Argento va jouer le rôle de conseiller artistique auprès des développeurs de Clod Studio, qui bossent sur un jeu d'horreur du nom de Dreadful Bond, dans lequel les joueurs exploreront les profondeurs d'un manoir abandonné. Histoire de différencier le projet des autres titres du même genre et de montrer qu'il ne sera pas qu'un prête-nom, Argento a réalisé un court-métrage de six minutes, For Bridget, qui fait office de trailer sur la page Kickstarter du jeu (cpc.cx/dreadfulbond). Malheureusement, à deux semaines de la fin de la campagne, le jeu n'a pour le moment récolté que 15 000 € sur les 60 000 € demandés. LFS

 


Cory Barlog, le papa du dernier God of War, vient d'annoncer un nouveau jeu, Telling Lies, et tout le monde à la rédac semble très excité, je ne comprends pas vraiment pourquoi. Ah moins que... Oui, attendez... On recommence : Sam Barlow, le papa du génial Her Story, vient d'annoncer un nouveau jeu, Telling Lies, qui reprendra le principe de son jeu précédent, avec plus de moyens. Du coup, on est tous très excités, et je sais pourquoi. N.M.


Choisis ton poisson

Choisis ton poisson I

l était une fois /r/gaming, un subreddit où l'on parlait de jeux vidéo et qui connaissait un certain succès. Comme tous les lieux virtuels qui connaissent du succès, /r/gaming a été rapidement envahi par les mèmes, ces tumeurs de l'esprit qui dévorent les sites web populaires aussi vite que le chiendent envahit les jardins abandonnés. C'est pourquoi a été créé /r/games, subreddit consacré « aux conversations de qualité sur le jeu vidéo ». La règle y était celle de toute bonne société : pas de mèmes, pas de blagues. Pourtant, malgré la poigne de fer des modérateurs et la bonne qualité générale des conversations, au cours des dernières années, l'ambiance a commencé à se dégrader. Les blagues nazes à base de « PC master race » et les petites remarques racistes et misogynes étaient assez nombreuses pour pourrir le lieu. Pour sonner la fin de la récré et en guise de poisson d'avril, /r/games a décidé de fermer le subreddit pour 24 heures le 1er avril dernier, affichant à la place un message d'information. LFS


Blanc comme neige

Blanc comme neige F

acebook a déclaré dans un communiqué qu'il n'autoriserait plus les contenus faisant l'apologie du « nationalisme » et du « séparatisme » blancs. Si cette information n'a en soi pas grand intérêt (le réseau est devenu un tel cloaque rempli d'idées stupides et ignobles qu'aucune réforme ne pourra le sauver), le communiqué en question vaut son pesant de cacahuètes. On y apprend que l'apologie du suprémacisme blanc était déjà interdite sur Facebook, mais pas celle du nationalisme et du séparatisme blancs, « qui étaient considérés comme appartenant à la famille plus vaste des idées nationalistes et séparatistes – comme la fierté d'être américain et le séparatisme basque, qui constituent une part importante de l'identité de certaines personnes ». C'est pourquoi il était interdit d'écrire « je suis un suprémaciste blanc », mais pas « je suis fier d'être un nationaliste blanc » ou même « les États-Unis devraient être une nation blanche ». Cependant, après trois mois passés à consulter des spécialistes du racisme et de l'extrémisme (sic), Facebook a conclu que le nationalisme blanc « ne pouvait être clairement distingué du suprémacisme blanc et des groupes incitant à la haine raciale. » Comme quoi il n'est jamais trop tard pour apprendre. LFS


Vibre, ô ma sœur

Vibre, ô ma sœur K

yle Machulis est un homme chanceux. Cet ingénieur d'une petite quarantaine d'années est aujourd'hui reconnu comme le spécialiste de la « télédildonique », la technologie du contrôle à distance des sex toys. Plus qu'un ingénieur, Machulis se voit comme un artiste, et bosse régulièrement avec des travailleurs du sexe ou des centres de recherche pour trouver de nouvelles applications à sa science. L'une de ses plus récentes collaborations a été avec la camgirl Riley Scarlett, dont il a connecté le vibromasseur à Rocket League. Scarlett a ainsi pu jouer au titre de Psyonix avec ses spectateurs, qui déclenchaient son sextoy à chaque fois qu'ils marquaient un but. « C'est un bon moyen de chercher d'autres relations entre travailleur du sexe et spectateur que le simple don d'argent et de trouver comment les interfaces que nous utilisons peuvent nous donner du plaisir », explique Machulis, qui se fait de la relation homme-machine une idée tout de même beaucoup plus intéressante qu'une puce RFID greffée dans la paume. LFS

 


Ça y est, c'est confirmé, enfin en tout cas ça a été annoncé dans un tweet et sur le site officiel : STALKER 2, la suite d'un des jeux les plus retardés de tous les temps, sortira en 2021, soit neuf ans après la date initialement prévue. Logique. LFS


Les araignées de chez Focus

Les araignées de chez Focus O

n a pu faire un petit tour chez Focus pour leur What's Next, ce qui nous a permis de jeter quelques coups d'œil sur GreedFall, le prochain jeu du studio français Spiders. Il s'agira d'un aventure-RPG dans un univers inspiré des peintures hollandaises du XVIIe siècle. De ce que nous avons pu voir, le jeu paraît assez daté techniquement avec, notamment, une île découpée en 16 zones qu'il faudra explorer entre deux temps de chargement, au milieu de beaucoup de bugs. Si l'impression globale est plutôt mitigée, ne jetons pas non plus tout de suite le bébé dans les orties, à côté de mémé, parce que la direction artistique est très sympa, notamment du côté des éclairages et de la lumière et que, si le scénario tient la route et que les mécaniques arrivent à être un peu originales, on dit « pourquoi pas ». N.M.


Défaussez-lui la tronche

Défaussez-lui la tronche A

près de longs et pénibles silences radio, Valve a enfin retrouvé le bouton « on » de son micro et affirme désormais qu'Artifact pourrait être redéveloppé. Oui, pas patché mais bel et bien repris de fond en comble afin d'éradiquer tout ce qui coince et qui grince dans ses mécaniques de gameplay et son modèle économique. Pour l'heure, la firme de Bellevue n'a pas encore fait étalage d'un quelconque plan de bataille, mais force est de constater qu'avec moins de 300 joueurs aux heures de pointe, l'urgence est réelle. Et si cette nouvelle vous inquiète pour l'avenir d'Artifact, dites-vous que d'autres studios ont déjà démontré qu'il est possible de reprendre avec succès le développement d'un jeu de cartes, comme CD Projekt et son Gwent. Bon, OK, mauvais exemple. K.L.


Faute gravée

Faute gravée C

omment réagiriez-vous en découvrant un message qui dit « Vous êtes le prochain. » gravé à l'intérieur de la coque de votre souris, que vous venez d'ouvrir pour la réparer ? Probablement mal, à l'image de ces utilisateurs d'Oculus Rift qui ont paniqué pendant une bonne semaine en voyant que les manettes de leurs casques contenaient des messages comme « Big Brother vous surveille », toujours de bon goût quand on sait que l'entreprise appartient à Facebook. Face à la vague de remarques, Oculus a alors ouvert une enquête et, ô surprise, découvert que quelques techniciens voulaient juste déconner. Voilà, désolé. Aucun agent du gouvernement ne cherche à vous faire taire et aucun tueur ne cherche à se venger. Vous êtes désormais de retour dans le monde du Smecta, du tiers provisionnel et du litre de Sans Plomb 98 à pratiquement deux euros. Et franchement, on n'est pas bien là ? K.L.

 


Un pack de textures HD est désormais disponible gratuitement pour Borderlands 2 et Borderlands : The Pre-Sequel. Un cadeau à ne surtout pas confondre avec Borderlands 3, annoncé pour le 13 septembre et qui sera vendu plein pot, même si les différences ne sautent pas aux yeux. K.L.


Le Kombat dans l’œil

Le Kombat dans l’œil A

lors que Mortal Kombat 11 débarque sur à peu près toutes les machines capables de faire tourner un jeu vidéo, sachez que sa sortie aurait dû être suivie par celle d'un certain « Mortal Kombat Kollection Online ». Développé par Blind Squirrel Games, un studio surtout connu pour BioShock Collection et Borderlands Enhanced, ce jeu a été discrètement mis à mort pour une raison inconnue, mais une page webNote : 1 créée par un artiste du studio nous apprend que cet ex-futur titre ambitionnait de réunir des versions remasterisées des trois premiers Mortal Kombat en un seul et même jeu. Dommage, même si l'atrocité du character design laisse penser que Blind Squirrel a sans doute évité une balle. K.L.

Note 1 : Effacé depuis, mais toujours disponible dans le cache de Google.