410
Sortie en kiosque
le 2 septembre 2020

S'abonner
Numéro actuel
Par Kahn Lusth | le 12 août 2020

Canard PC 410 : Édito

News du CanardPC N°398

Mount and Blême

Mount and Blême C

omme chaque année depuis au moins cinq ans, nous avons rencontré les développeurs de Mount & Blade II à la Gamescom. Et comme chaque année, un type tout petit et tout gris, nous a dit de sa toute petite voix qu'il n'avait pas de date de sortie pour son jeu. C'est en tout cas ce que nous pensions avoir entendu – sans doute par habitude –, jusqu'à ce que celui-ci n'agrippe la manche d'un journaliste et dise plus fort « Non, non ! On a une date monsieur ! Notre jeu sortira en 2020 ». Forcément, tout le monde a cru que le pauvre type blaguait et quitté la pièce dans un éclat de rire, contraignant TaleWorlds à faire un communiqué de presse pour confirmer que Mount & Blade II sortira bien en mars 2020. Mais en accès anticipé, hein. Faudrait quand même pas pousser mémé dans les orties. K.L.

 


C'est une nouvelle qui vient de tomber à l'instant sur nos téléscripteurs : Mudrunner 2 vient d'être rebaptisé Snowrunner. Apparemment, les développeurs ont décidé de foutre de la neige partout dans leur suite et moi, je ne comprends plus rien à leurs histoires. K.L.


Quand est-ce Comanche ?

Les amateurs de simulations se souviennent sans doute de Comanche, cette série qui nous plaça, tout au long des années 1990, aux commandes du célèbre hélicoptère. Série qui, par ailleurs, n'est pas morte en raison du désintérêt des joueurs, mais tout simplement parce que l'armée américaine délaissa ce véhicule de reconnaissance au profit des drones. Alors comment justifier une nouvelle simulation de cet appareil en 2020 ? Grâce à une pirouette scénaristique particulièrement inspirée : le gouvernement américain décide soudain que « bon ben finalement, les Comanche c'était quand même mieux que les drones ». Mais n'en attendez pas trop. Comanche sera un jeu de shoot multijoueur qui opposera deux équipes de quatre. Le tout géré par THQ Nordic, l'éditeur aux mille licences. K.L.


Who's gonna watch the watchmen

Who's gonna watch the watchmen G

oogle, Microsoft, Intel et sept autres grandes entreprises informatiques (dont Alibaba et Tencent) viennent de se regrouper pour former un hahahahahaha, pardon, pour former un hahahahahahah. Je vais y arriver. Un, deux. Un, deux. On respire. Pour former un Consortium de la hahahahahah Confidentialité Informatique, qui aura pour but de hahahahaha, pour but d'œuvrer à la sécurisation des données personnelles sur Internet. Seule bonne nouvelle, après ce grand rire qui fait du bien : le consortium sera présidé par la Linux Fondation, un peu comme si Marc Dutroux, Émile Louis et Michel Fourniret lançaient un Consortium de la Protection de l'Enfance présidé par l'UNICEF. Ah bah maintenant, on se sent bien plus rassuré. N.M.


Les limites de la mondialisation

Les limites de la mondialisation L

a Chine aura bientôt sa propre version de Steam. Avec l'aide de l'éditeur local Perfect World (un partenariat obligatoire pour opérer dans cette oasis de liberté), Valve va lancer une boutique séparée de la version internationale de Steam, que le gouvernement chinois pourra contrôler et censurer à loisir. Une quarantaine de jeux sont prévus lors du lancement. C'est une excellente nouvelle, qui ouvre la voie à un verrouillage régional de fait, avec des joueurs chinois qui auront enfin leurs propres jeux, leurs propres serveurs, et pourront ainsi tricher jouer tranquillement entre eux à des clones de PUBG ou d'Apex Legends. Espérons maintenant que Valve poursuive ses amourettes avec les dictatures et lance une version russe, approuvée par Poutine et cloisonnée du reste du monde. Cela rendrait 95 % des MOBA et des FPS multijoueurs beaucoup plus relaxants à jouer. A.

 


Télex

THQ Nordic vient d'annoncer Knights of Honor 2, la suite d'un jeu de stratégie de 2005 que Paradox avait édité. Ce sera un mélange entre Civilization et Crusader Kings 2, avec des batailles tactiques façon STR dans l'Europe médiévale. Sortie prévue en 2020. A.


C'était un jeu qui avait un fusil

Le 3 août dernier, un jeune trou du cul a décidé de prendre une arme, de mettre des balles à l'intérieur, puis d'assassiner une vingtaine d'innocents dans un patelin du Texas. Comme tous les gens normaux, vous vous êtes immédiatement dit que c'était la faute aux jeux vidéo : la preuve, le tireur a posté une photo où l'on pouvait lire le mot « Trump » écrit avec des flingues. Walmart est parvenue à la même conclusion et, en conséquence, la chaîne de magasins n'assurera plus la promotion des jeux violents et invite ses vendeurs à réagir « au moindre doute ». Oui parce qu'en 2019, la violence dans les hypermarchés américains c'est Call of Duty et certainement pas 80 personnes qui se griffent jusqu'au sang pour une télévision en promo ou pour un fusil à pompe vendu à l'angle du rayon jardinage. K.L.


Le coup de l'Indien mécanique

Le coup de l'Indien mécanique L

a technique ne date pas d'hier, puisqu'au XVIIIe siècle déjà, un escroc faisait le tour de l'Europe et des États-Unis avec un automate soi-disant capable de battre n'importe qui aux échecs (il aurait notamment joué contre Napoléon). En réalité, cachée sous le dispositif, une personne de petite taille se glissait dans un compartiment secret et jouait les parties sans se faire voir. Engineer.ai, une start-up indienne, vient de réinventer le Turc mécanique. L'entreprise a réussi à lever 30 millions de dollars pour financer un algorithme capable de développer lui-même des applications mobiles. En tout cas, jusqu'à ce que le Wall Street Journal se rende compte qu'en fait, derrière la prétendue intelligence artificielle, se cachait une armée d'ingénieurs indiens faits de chair, d'os et d'une furieuse envie de grailler. N.M.


La technologie n'est pas prête pour une telle révolution

La technologie n'est pas prête pour une telle révolution L

'Epic Games Store a encore un long chemin (dix mille bornes à pied, avec un sac de parpaings sur le dos) avant d'atteindre le niveau de fonctionnalités de Steam. Preuve en est cette dernière affaire concernant le jeu Hyper Light Drifter, offert gratuitement sur la boutique. Epic et les développeurs voulaient y implémenter les cloud saves, enfin les sauvegardes dans le nuage magique d'Internet, si vous préférez. Le système a été mis en place et il a rapidement foiré. Epic a tenté de corriger la sauce avant d'expliquer qu'à cause de mystérieuses « limitations techniques », il fallait simplement faire une croix dessus. Voilà qui laisse présager un futur radieux pour la boutique d'Epic, mais après tout, rien ne presse. Les joueurs sont connus pour leur patience, leur compréhension et leur profonde empathie envers les développeurs. A.

 


Télex

Ceeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeb ! Pour la deuxième année consécutive, le seul joueur français de la compétition, avec son équipe OG, a gagné The International, la plus grande compétition de Dota 2. Félicitations à lui et à son équipe, qui remportent 15 millions de dollars, le plus gros prix de l'histoire de l'e-sport (jusqu'à l'année prochaine). N.M.


L'insulte et l'injure

D'après une étude d'une ONG américaine, l'Anti-Defamation League, 74 % des joueurs en ligne se seraient déjà fait insulter lors d'une partie multi, et la moitié d'entre eux auraient subi des insultes de type homophobe, raciste, antisémite ou sexiste. Bien sûr, l'étude n'a interrogé que mille personnes, ce qui explique le pourcentage anormalement bas. Vous essayez de me faire croire que seulement 74 % des joueurs en ligne se sont déjà fait insulter ? Même sur Hearthstone et Rocket League il est possible d'insulter l'adversaire sans taper au clavier, alors sur quoi les 26 % restants passent-ils leur vie ? Une version secrète du démineur en ligne, à laquelle n'ont accès que des bibliothécaires et des dentistes à la retraite ? Remarquez, ça me fait bien envie. Mais seulement si on y mange des madeleines trempées dans du thé, en s'échangeant des tuyaux pour les mots croisés du jour. I.


Qu'a fait grand-mère ?

Qu'a fait grand-mère ? Q

iao Biluo, une blogueuse vidéo très populaire sur le site de livestreaming chinois Douyu, utilise des filtres beauté pour modifier son apparence, et ne s'en cache pas. À tel point qu'elle a organisé un petit jeu avec ses followers : elle révèlerait son véritable visage à condition d'obtenir pour 100 000 yuans (environ 15 000 dollars) de cadeaux. Tout se déroulait comme prévu pendant la première partie du stream, où un petit dessin dissimulait son visage. Puis le dessin a disparu accidentellement, et tous ses followers ont découvert que la jeune et sémillante Qiao Biluo avait en fait 58 ans. « Grand-mère ! Grand-mère ! » ont-ils hurlé en annulant en catastrophe leurs dons. Mais tout est bien qui finit bien, puisque la streameuse, grâce à la pub que lui a fait cette affaire, a décroché des contrats publicitaires avec des entreprises de filtres vidéo. LFS


Chauve qui peut

Chauve qui peut P

uisque les bonnes nouvelles, comme les témoins de Jehovah, n'arrivent jamais seuls, non seulement la série de vidéos financée par les internautes et produite par Noclip sur la saga Hitman est excellente (premier épisode ici : http://cpc.cx/phK) mais en plus, on y apprend que les équipes d'Io Interactive sont déjà en train de bosser sur un troisième épisode pour clore la trilogie entamée en 2016. Cela dit, nous vous conseillons allègrement de regarder tous les épisodes pour comprendre comment sont réalisés chacun des niveaux, les difficultés auxquelles font face les développeurs et la manière dont le divorce entre Io Interactive et Square Enix s'est étrangement bien conclu. Mon passage préféré : quand les développeurs regardent Izual jouer n'importe comment et qu'ils se demandent à quel moment ils ont merdé. N.M.

 


Télex

Diablo, le premier, le seul, l'unique, est entièrement jouable sur navigateur, avec toutes les options, y compris les sauvegardes. Ça se passe ici : cpc.cx/phO. Puisqu'il me reste des signes, j'en profite pour ajouter qu'en fait, derrière le personnage d'Ivan Le Fou se cache en réalité... Ah non, je n'ai plus de signes, ça sera pour la prochaine fois. N.M.


EA comme une faille dans la logique

EA comme une faille dans la logique S

i vous êtes l'heureux possesseur d'une Switch, et puisque vous êtes des gens de goût qui ne jouez qu'à des petits titres indés dénichés au fond des sous-bois, vous n'aurez sans doute jamais remarqué que les titres d'Electronic Arts sont très peu, voire pas du tout, disponibles sur la plateforme de Nintendo (c'est le cas des Sims, notamment). Andrew Wilson, pas le frère de Luke et d'Owen, mais le PDG d'EA, s'en est expliqué devant un parterre d'investisseurs : selon lui, la plupart des statistiques montrent que les possesseurs de Switch ont également une PS4 ou une Xbox chez eux, et qu'ils préfèrent jouer aux jeux EA sur ces dernières plateformes. Des jeux qui n'existent pas sur Switch, donc, et que les joueurs préfèrent utiliser ailleurs que sur Switch. Où ils ne sont pas disponibles. Les jeux. Pas disponibles. Sur Switch. N.M.


Barry, un ami qui ne vous veut pas du bien

Barry, un ami qui ne vous veut pas du bien I

maginez : vous vous appelez Ivan Le Fou. Aujourd'hui, vous recevez Noël Malware dans votre bureau. Depuis quelques mois, vous cherchez à vous en débarrasser, mais vous ne savez pas comment vous y prendre. C'est là que débarque Barry, un ami virtuel créé par Talespin, une société spécialisée dans la confection de logiciels de réalité virtuelle destinés au cadre professionnel. Casque sur votre tête, Barry remplace Noël Malware. Vous pouvez vous entraîner à le licencier, choisir des options de dialogue et voir l'impact que vos mots ont sur son intelligence artificielle. Selon la manière dont vous lui parlez, Barry peut se mettre à pleurer, s'énerver, voire, si vous débloquez le succès adéquat, revenir dans vos locaux avec un fusil à pompe et aligner tous vos employés un par un. Quand on vous disait qu'avec la réalité virtuelle, on allait faire de belles choses, on ne vous mentait pas. N.M.


Clone Drone in the Danger Zone

Clone Drone in the Danger Zone S

elon un article de la très sérieuse revue Nature (il faut toujours écrire « la très sérieuse revue Nature », c'est un syntagme figé, un peu comme « au fur et à mesure »), les humains redouteraient moins d'être remplacés par une machine que par un autre être humain. Si les conséquences matérielles sont les mêmes (le chômage, en l'occurrence), être viré par une machine est plus impersonnel et n'engendre pas de souffrance liée à la rivalité. Les humains sont décidément des êtres complexes. Il est plus que temps de les remplacer par des machines. LFS

 


« Modern Warfare n'est pas un jeu politique », a déclaré Jacob Minkoff, directeur du gameplay, dans une interview à PC Gamer. « Est-ce qu'on y trouve des sujets proches de ceux qui font l'actualité géopolitique ? Oui. Mais Trump n'est pas dans ce jeu, si c'est votre question. » Jurisprudence Far Cry 5, voici donc le nouveau critère d'une œuvre politique : la présence de Trump. LFS


Coup d'IP dans l'eau

Coup d'IP dans l'eau C

'est un peu comme le réchauffement climatique : tout le monde l'annonçait depuis des années et personne n'écoutait. Seulement voilà, c'est pour demain : d'après l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes), il ne reste plus qu'environ 2,5 millions d'adresses IPv4 dans le pool attribué à l'Europe, au Moyen-Orient et à la Russie, ce qui devrait conduire à la pénurie d'ici fin avril 2020. Mais la main invisible a plus d'un doigt à son arc et un marché noir des adresses IP s'est créé (comptez un peu plus de 5 000 euros les 256 adresses). Problème, ces adresses étaient attribués à d'autres pools géographiques, ce qui va poser de gros problèmes pour les services géolocalisés, comme les sites de streaming. LFS


Belle robe, bien charpenté, long en bouche

Belle robe, bien charpenté, long en bouche G

érard Depardieu me le disait encore hier : il n'y a pas assez de simulateurs de vigneron. Il n'existe qu'un seul représentant du genre, le petit jeu de gestion indé Terroir sorti en 2017, sympathique, mais presque casual. Alors réjouissons-nous de l'annonce de Hundred Days - Winemaking Simulator, qui devrait être un peu plus consistant. Il permettra de construire son propre domaine viticole en plaçant les vignes à la main sur les meilleurs sols possible, puis nous demandera de produire du bon jaja en gérant les finances, les variations de saisons, les maladies, les processus de fermentation et tout le toutim. Ça a l'air mignon comme tout, avec une direction artistique plaisamment géométrique et colorée. Mais attention, n'oubliez pas que l'alcool doit être consommé avec modération, comme le crack. A.


Et juste après, ça sera Total War : Abed

Et juste après, ça sera Total War : Abed R

evenue dans les grâces du petit peuple du jeu vidéo grâce à l'excellent Three Kingdoms, la saga des Total War passionne à nouveau les foules. Alors on se demande quelle sera la thématique du prochain épisode. Un utilisateur de Reddit aurait trouvé la réponse : ce sera Total War Saga : Troy. Creative Assembly a en effet déposé la marque en Grande-Bretagne le 23 juillet dernier. Cela confirmerait le virage du studio, qui s'éloigne gentiment des jeux historiques purs et durs pour s'inspirer de la mythologie. Il faut dire que la guerre de Troie est un univers parfait pour ce genre de jeu, on imagine déjà la carte stratégique reprenant le sud de la Grèce, avec Paris et Menelaus s'envoyant des sorts à la tronche sous le regard d'une tripotée de divinités. En gros, un Three Kingdoms avec des toges, ce qui devrait ravir pas mal de monde. A.

 


Télex

Les développeurs de l'excellent jeu de course Assetto Corsa Competizione renoncent à implémenter le RTX, revenant sur leurs promesses. Raison invoquée : le ray-tracing a trop d'impact sur le frame rate du jeu, alors ils préfèrent se concentrer sur autre chose. A.


Fosse à Epic

Fosse à Epic C

et été, les ennemis de l'Epic Games Store se sont surpassés. Le couple de développeurs du studio Gumberland a en effet annoncé qu'Ooblets, une sorte de mélange d'Animal Crossing et de Stardew Valley débordant d'amour, sortirait en exclusivité sur le launcher d'Epic. L'argent rapporté par ce deal a assuré au studio une stabilité économique à toute épreuve, énorme soulagement pour tout développeur indépendant. Mais en représailles, le couple a reçu des milliers de messages d'une violence inouïe, allant des classiques incitations au suicide jusqu'aux menaces de meurtre et de viol. Un faux post dans lequel le développeur aurait affirmé que « les joueurs auraient leur place dans les chambres à gaz » a même fait le tour du Net. Décidément, certains déchets humains ne reculeront devant rien pour éviter d'avoir à cliquer sur une autre icône que celle de Steam. I.


Pour quelques abos de plus

Pour quelques abos de plus S

i j'étais journaliste pour l'émission Capital sur M6, je rédigerais cette news comme ceci : « Lui, c'est Tyler Blevins, alias Ninja. Sur la plateforme de diffusion Twitch, qu'il a quittée récemment, il a cumulé déjà plus de 14 millions d'abonnés en jouant à Fortnite. En coulisses, cependant, tout n'est pas si rose : grâce à une éthique douteuse et une technique bien huilée, le célèbre vidéaste réalise des profits confortables. Sa dernière idée : diffuser son numéro de téléphone personnel et inviter les spectateurs à envoyer des SMS. En réalité, le numéro renvoie vers son équipe de communication, qui se charge de recueillir un maximum de données personnelles sur les utilisateurs pour mieux les cibler lors des prochaines campagnes de publicité. Drogue, prostitution, sexe : au pays des streameurs, c'est ce soir, dans Capital ! » N.M.


La rançon du succès

La rançon du succès V

ous l'avez sans doute lu puisque ça a été écrit un peu partout, Kyle Giersdorf, alias Bugha, alias « j'espère que tes parents t'ont ouvert un bon compte épargne », a gagné 3 millions de dollars lors de la coupe du monde de Fortnite qui se déroulait cet été. Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que quelques heures à peine après sa victoire, des messages étranges ont commencé à apparaître sur son compte Twitter, certains invitant à suivre d'autres comptes. Son compte Twitch n'a pas tardé à suivre, ne laissant au pauvre (enfin, bon, vous voyez ce que je veux dire) Bugha que son compte Instagram pour pleurer et informer ses abonnés qu'il n'était pas l'auteur de ses derniers tweets. Lesquels ont immédiatement été agonis d'injures par les fans de Bugha. Comme quoi le crime ne paye pas. Alors que l'e-sport, si. LFS

 


Télex

Nous avons eu des nouvelles fraîches de Mavericks : Proving Grounds, le battle royale qui avait stupéfait tout le monde en annonçant son ambition de réunir non pas cinquante, non pas cinq cents, mais mille joueurs. Il a une nouvelle fois su créer la surprise, en étant annulé faute de moyens. I.


Fuite en avant

Fuite en avant D

ans un foirage aussi colossal qu'incompréhensible, les données personnelles de plus de 2 000 journalistes, youtubeurs et autres professionnels venus couvrir l'E3 ont été rendues publiques. Comme l'a expliqué la youtubeuse Sophia Narwitz, il suffisait de cliquer sur un lien « registered media list » (liste des médias enregistrés) sur le site de l'E3 pour télécharger un fichier Excel contenant, en clair, noms, e-mails, adresses et numéros de téléphone. Sitôt informée par Narwitz, l'ESA (Entertainment Software Association, l'organisation responsable de l'E3) a effacé le fichier, qui est néanmoins resté disponible sur des pages en cache, à la grande joie des gamergaters et autres habitués des menaces de mort. LFS


C'est dans la boîte

C'est dans la boîte L

'ambiance était bonne lors de l'événement organisé par la FTC (Federal Trade Commission, l'agence fédérale chargée des pratiques commerciales américaines) pour débattre des loot boxes. Les membres de l'industrie (notamment Sony, Nintendo et Microsoft) sont restés dans le classique, en annonçant qu'ils allaient rendre obligatoire l'affichage des probabilités de gains de leurs loot boxes. Mais le docteur David Zendle, chercheur à l'université St John de York, a changé la donne. « Il existe une corrélation entre achat de loot boxes et addiction au jeu, a-t-il déclaré. Plusieurs études indépendantes ont reproduit ces conclusions. C'est un problème grave, et il est ridicule de comparer les loot boxes à des cartes Panini. L'addiction au jeu a des conséquences graves, détruit des familles, pousse des gens à se tuer. C'est une question de vie ou de mort. » Tout va pour le mieux. LFS


Babord, c'est à gauche ou à droite ?

Babord, c'est à gauche ou à droite ? A

vez-vous déjà joué à un FPS ou un jeu de course sur smartphone, avec un « gamepad virtuel » dans un coin de l'écran ? C'est l'horreur, l'absence de boutons physiques fait perdre toute précision. Alors imaginez ce que ça donne lorsqu'il faut contrôler un destroyer de 9 000 tonnes et 120 000 chevaux. L'US Navy a essayé. Résultat : 10 morts et 50 blessés, suite à la collision de l'USS McCain avec un pétrolier libérien en 2017. Les marins se sont emmêlé les pinceaux sur les multiples touchscreens contrôlant la barre et les gaz du navire de guerre. Du coup, l'armée américaine va dégager les écrans tactiles de ses bateaux pour revenir aux bons vieux leviers d'antan. Si un de leurs amiraux avait joué à Fortnite sur son iPad, une telle catastrophe aurait sûrement pu être évitée. A.


Microprose, mi-nostalgique

Microprose, mi-nostalgique V

ous souvenez-vous de Microprose ? Cette boîte, fondée en 1982 par Sid Meier et Brian Stealy, a produit un nombre vertigineux de jeux culte, de Civilization à XCOM en passant par Silent Service, F-15 Strike Eagle, Master of Orion, Gunship et bien sûr le grandiose Falcon 4.0 en 1998. Fermé en 2001, le studio vient de réapparaître sur Internet il y a quelques jours avec un site web tout neuf et des photos d'écran d'un mystérieux simulateur d'hélicoptère. Notez que la boîte a été sortie du placard par l'un de ses fondateurs, Brian Stealy, mais aussi par David Lagettie, patron de TitanIM, un moteur de rendu 3D dérivé d'Outerra, capable de modéliser la terre entière. Entre Microprose qui revient et Microsoft qui nous ressort Flight Simulator, le revival années 1990 qui s'annonce me donne envie de danser nu au milieu de la rédaction. A.


Un destin grêle

Un destin grêle D

efiant Development, le joker de toute l'industrie lorsqu'il s'agissait de citer « au moins un studio indé australien », ne sortira plus aucun jeu. Les développeurs des deux Hand of Fate ont annoncé le 24 juillet cesser toute activité, à part le support assez distant de leurs titres déjà disponibles. Pour toute raison, ils ont cité un marché qui change trop vite pour eux et leur spécialisation dans des jeux audacieux qui, s'ils se plantaient, les laissaient sans filet de sécurité. En guise de cadeau de départ, Defiant Development a rendu publique une vidéo du projet sur lequel le studio travaillait jusqu'à sa fin, The World in My Attic (cpc.cx/pj3). Un jeu d'aventure inachevé en apparence très convenu, qui laisse penser que s'arrêter là n'était probablement pas l'idée la plus stupide du monde. I.