378 Acheter
La version papier
Sortie en kiosque
le 1 avril 2018
Ancien numéro
Par L-F. Sébum | le 20 mars 2018

Canard PC 378 : Édito

Édito

Il y a un temps pour les grands discours, les longues phrases pleines d'effusions. Et, parfois, tout ce qu'il y a à dire tient en cinq lettres : DZHAX. Euh, non, pardon, ce sont pas les bonnes... Ah, voilà : MERCI. Merci, du fond du cœur, pour votre soutien. Grâce à vous tous et toutes, et en moins de quarante-huit heures, nous avons pu réunir sur Ulule (ulule.com/sauvez-canardpc) la somme nécessaire pour faire face au sale coup que nous a joué Presstalis. À l'heure qu'il est, non seulement la survie du magazine est assurée, mais il est également dans les meilleures conditions pour amorcer son passage à un rythme mensuel, qui le mettra bien plus à l'abri des aléas que connaît aujourd'hui la distribution de la presse en France. Il est désormais temps de penser à l'avenir, et pas seulement au retour possible d'Humanoïde, le magazine technologie et cultures numériques de Presse Non-Stop (lire à ce sujet « Au coin du jeu » page 73). Le futur de Canard PC s'annonce radieux, et les rédacteurs sont au top de leur motivation et de leurs capacités. Tenez, là par exemple, on sort d'une conférence de rédaction durant laquelle, avec l'aide de Maria Kalash et en même pas une demi-heure, ackboo a réussi à lacer ses nouvelles chaussures (qui, il faut le reconnaître, sont très jolies). En attendant de découvrir les nombreuses surprises et nouveautés qu'on vous prépare pour les mois qui viennent, vous pouvez d'ores et déjà, comme nous, profiter de l'actualité : entre Vermintide 2, Astroneer, Hunt : Showdown et Eco, ce début de printemps est riche en sorties et en accès anticipés de qualité. Enfin, de la part de toute l'équipe, permettez-moi de vous le répéter une fois encore : dzhax.

A la Une

Alone in the rédac

Cold Waters

Le sonar et la manière

A venir

Jurassic World Evolution

Qui ne dino consent

Les voyages de presse aux États-Unis sont toujours fatigants. Je sais, dit comme ça, ça fait gros connard privilégié, mais attendez un peu avant de me frapper. En général, un press tour se déroule en 60 heures : 30 dans l'avion et autant sur place, dont une bonne part sont consacrées à comater dans un minibus entre deux journalistes espagnols qui parlent fort. Cette fois, on a même frôlé la torture psychologique : pendant les dix heures du vol retour, non seulement j'étais jetlaggué à mort, les yeux rougis par la fatigue, mais je ne pouvais arrêter de fredonner la musique de Jurassic Park. Sans l'aimable intervention des autres passagers, qui ont eu la gentillesse de m'attacher au fond de l'avion et de me bâillonner, j'aurais sans doute sauté par le sas.

Alone in the rédac

Cold Waters

Le sonar et la manière

Dans « Alone in the rédac », un ou une journaliste de Canard PC teste ou reteste, seul contre tous, un jeu qui lui tient à cœur, malgré les quolibets de ses petits camarades.

On y joue encore

Rainbow Six : Siege

Tente une sortie

Serveurs stables, tricheurs bannis prestement, patchs massifs et réguliers... Autrefois noyé sous les problèmes, Rainbow Six : Siege s'est transformé peu à peu en jeu de tir compétitif d'une très grande qualité. Bizarrement, cette exemplarité avait créé chez moi une frustration croissante : celle de ne pouvoir jouir des fantastiques décors destructibles, des fusillades nerveuses et des gadgets ingénieux autrement qu'en me faisant atomiser par des joueurs capables d'aligner un headshot en trois millièmes de seconde. Puis le mode zombie est venu me combler de joie.

Test

Warhammer : Vermintide 2

On ne se fout pas de Nurgle

Annoncé en août 2017, Vermintide 2 est sorti sept mois plus tard, en mars 2018. Un délai qui pouvait sembler court mais qui, finalement, se révèle largement suffisant. Le petit dernier de chez Fatshark est en train de faire carton plein, avec plus de 500 000 copies vendues en seulement cinq jours. Comme quoi, être un bon jeu tiré d'une licence de chez Games Workshop, ça paye. Sans doute parce que c'est rare.

A venir

Jurassic World Evolution

Qui ne dino consent

Les voyages de presse aux États-Unis sont toujours fatigants. Je sais, dit comme ça, ça fait gros connard privilégié, mais attendez un peu avant de me frapper. En général, un press tour se déroule en 60 heures : 30 dans l'avion et autant sur place, dont une bonne part sont consacrées à comater dans un minibus entre deux journalistes espagnols qui parlent fort. Cette fois, on a même frôlé la torture psychologique : pendant les dix heures du vol retour, non seulement j'étais jetlaggué à mort, les yeux rougis par la fatigue, mais je ne pouvais arrêter de fredonner la musique de Jurassic Park. Sans l'aimable intervention des autres passagers, qui ont eu la gentillesse de m'attacher au fond de l'avion et de me bâillonner, j'aurais sans doute sauté par le sas.

Alone in the rédac

Cold Waters

Le sonar et la manière

Alone in the rédac

Cold Waters

Le sonar et la manière

Dans « Alone in the rédac », un ou une journaliste de Canard PC teste ou reteste, seul contre tous, un jeu qui lui tient à cœur, malgré les quolibets de ses petits camarades.

On y joue encore

Rainbow Six : Siege

Tente une sortie

Serveurs stables, tricheurs bannis prestement, patchs massifs et réguliers... Autrefois noyé sous les problèmes, Rainbow Six : Siege s'est transformé peu à peu en jeu de tir compétitif d'une très grande qualité. Bizarrement, cette exemplarité avait créé chez moi une frustration croissante : celle de ne pouvoir jouir des fantastiques décors destructibles, des fusillades nerveuses et des gadgets ingénieux autrement qu'en me faisant atomiser par des joueurs capables d'aligner un headshot en trois millièmes de seconde. Puis le mode zombie est venu me combler de joie.

Test

Warhammer : Vermintide 2

On ne se fout pas de Nurgle

Annoncé en août 2017, Vermintide 2 est sorti sept mois plus tard, en mars 2018. Un délai qui pouvait sembler court mais qui, finalement, se révèle largement suffisant. Le petit dernier de chez Fatshark est en train de faire carton plein, avec plus de 500 000 copies vendues en seulement cinq jours. Comme quoi, être un bon jeu tiré d'une licence de chez Games Workshop, ça paye. Sans doute parce que c'est rare.