383 Acheter
La version papier
Sortie en kiosque
le 15 juin 2018
Ancien numéro
Par L-F. Sébum | le 4 juin 2018

Canard PC 383 : Édito

Édito

Le numéro de Canard PC que vous tenez entre vos mains sera le dernier.

Attendez, non… Désolé, je n’avais pas vu, il y avait des trucs écrits de l’autre côté de ma feuille de notes. Je recommence.

Le numéro de Canard PC que vous tenez entre vos mains sera le dernier bimensuel. Voilà, c’est mieux.

C’est sans doute moins tragique, mais ça n’en reste pas moins un moment historique. Lancé sous forme hebdomadaire en novembre 2003, Canard PC est devenu bimensuel il y a plus de onze ans, le 1er janvier 2007, et c’est sous cette forme que la plupart de ses lecteurs actuels l’ont connu. Mais aujourd’hui, l’état du réseau de distribution de la presse en France et l’instauration d’une taxe pour le renflouement de Presstalis rendent caduc le modèle économique d’un Canard PC bimensuel, qui reposait sur l’accumulation d’entrées d’argent faibles mais nombreuses tout au long de l’année. C’est pourquoi, le 1er juillet, vous trouverez dans vos kiosques ou vos boîtes à lettres un Canard PC plus épais et plus joli. Ce nouveau format sera l’occasion de vous proposer de nouvelles rubriques, de réaliser des dossiers de fond plus nombreux, de nous étendre plus longuement sur chaque jeu testé et de glisser une plus grosse poignée d’idioties dans chaque numéro, le tout de façon plus régulière (fini les interruptions à Noël et en été : douze mois, douze numéros) et pour moins cher : si le prix de chaque Canard PC va légèrement augmenter, le coût à l’année, par abonnement ou au détail, va quant à lui baisser de façon importante.

Et pour la dernière fois, en attendant d’entamer avec vous, le 1er juillet prochain, une nouvelle étape dans la vie de Canard PC, on vous dit « à dans quinze jours. »

A la Une

A venir

Metro Exodus

L'aventurier du rail

Admirez l’audace : 4A Games aurait facilement pu pondre une suite convenue aux deux Metro, un jeu linéaire où il aurait fallu guider Artyom dans les souterrains moscovites dédiés aux transports en commun. À la place, les Ukrainiens ont voulu innover. Ils se sont posé une question toute simple : qu’est-ce qui est encore mieux qu’un métro ? La réponse, bien sûr, tient du bon sens : un train.

Dossier

Quand les astronautes jouent aux jeux vidéo

De bonnes raisons d’emporter son PC lors de votre prochaine mission spatiale

Derrière l’exaltation des missions spatiales se cache une réalité peu reluisante : celle d’astronautes contraints de vivre dans une constante promiscuité et un espace confiné. Heureusement, il leur reste toujours des activités telles que la lecture ou l’apprentissage d’une langue morte pour s’évader – et bien que cela reste encore très anecdotique, certains choisissent d’assembler des briques en pixels ou de marquer des paniers virtuels pour oublier l’étroitesse de leur vaisseau.

Test

Far : Lone Sails

À voile et à vapeur

C’était beau, mais c’était triste. Le capitaine des pompiers en pleurait dans son casque. Quand le casque fut plein, une larme coula, gela. Le capitaine des pompiers qui passait par là glissa, tomba, se tua. On lui fit des funérailles magnifiques. C’était beau, mais c’était triste.

Test

State of Decay 2

Avec des si, on mettrait le pourri en bouteille

« Appuyez sur une touche pour continuer », me dit l’écran d’accueil de State of Decay 2. J’appuie sur espace. Rien. J’appuie sur entrée. Rien. Je décide alors d’appuyer sur ftdgcrqzda, $*^pezr puis é’(qzrl(’r- en bourrant mon clavier de coups de poings. Ça charge enfin. Ah non, ça freeze. « Échec de la connexion. Vous devez choisir un profil pour pouvoir jouer. » Content d’avoir quand même obtenu une réponse, je clique alors sur « ok » et là, le jeu recommence à me demander d’« appuyer sur une touche pour continuer ». Oh, toi, t’es en train de me chercher grave.

A venir

Metro Exodus

L'aventurier du rail

Admirez l’audace : 4A Games aurait facilement pu pondre une suite convenue aux deux Metro, un jeu linéaire où il aurait fallu guider Artyom dans les souterrains moscovites dédiés aux transports en commun. À la place, les Ukrainiens ont voulu innover. Ils se sont posé une question toute simple : qu’est-ce qui est encore mieux qu’un métro ? La réponse, bien sûr, tient du bon sens : un train.

Dossier

Quand les astronautes jouent aux jeux vidéo

De bonnes raisons d’emporter son PC lors de votre prochaine mission spatiale

Derrière l’exaltation des missions spatiales se cache une réalité peu reluisante : celle d’astronautes contraints de vivre dans une constante promiscuité et un espace confiné. Heureusement, il leur reste toujours des activités telles que la lecture ou l’apprentissage d’une langue morte pour s’évader – et bien que cela reste encore très anecdotique, certains choisissent d’assembler des briques en pixels ou de marquer des paniers virtuels pour oublier l’étroitesse de leur vaisseau.

Test

Far : Lone Sails

À voile et à vapeur

C’était beau, mais c’était triste. Le capitaine des pompiers en pleurait dans son casque. Quand le casque fut plein, une larme coula, gela. Le capitaine des pompiers qui passait par là glissa, tomba, se tua. On lui fit des funérailles magnifiques. C’était beau, mais c’était triste.

Test

State of Decay 2

Avec des si, on mettrait le pourri en bouteille

« Appuyez sur une touche pour continuer », me dit l’écran d’accueil de State of Decay 2. J’appuie sur espace. Rien. J’appuie sur entrée. Rien. Je décide alors d’appuyer sur ftdgcrqzda, $*^pezr puis é’(qzrl(’r- en bourrant mon clavier de coups de poings. Ça charge enfin. Ah non, ça freeze. « Échec de la connexion. Vous devez choisir un profil pour pouvoir jouer. » Content d’avoir quand même obtenu une réponse, je clique alors sur « ok » et là, le jeu recommence à me demander d’« appuyer sur une touche pour continuer ». Oh, toi, t’es en train de me chercher grave.