397 Acheter
La version papier
Sortie en kiosque
le 1 août 2019
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 10 juillet 2019

Canard PC 397 : Édito

Édito

Ça y est, le mois d'août est revenu, ce moment merveilleux où la France s'arrête, où Paris se vide, où les gens glandent dans les parcs ou au Touquet, où vous allez pouvoir... Eh là, pas si vite ! Ce mois d'août 2019 marque aussi le retour de Make Something Horrible, la gamejam de jeux pourris de Canard PC. Le thème de l'édition 2018, « Et si les jeux changeaient d'auteur ? », avait été un grand succès. On vous avait laissé imaginer le Doom de David Cage, le Super Mario de Paradox ou le Dota 2 de Peter Molyneux. Cette année promet également d'être un grand cru. Le thème sera « Inadaptations ». Vous avez toujours rêvé d'adapter une œuvre, n'importe quelle œuvre, en jeu vidéo ? C'est le moment. Un puzzle game inspiré du mode d'emploi de votre nouvel aspirateur ? Un beat'em all adapté des Provinciales de Blaise Pascal où il tabasse des jésuites ? Un platformer mettant en scène le couple des pubs pour les cuisines Schmidt (à la fin du parcours, le cœur de la maison, la cuisine) ? Un Fenêtre sur cour en PvP avec deux types qui s'espionnent mutuellement dans deux immeubles en vis-à-vis ? Peu importe que votre jeu soit l'adaptation d'un chef-d'œuvre de la littérature ou d'une émission télé de W9 : seules comptent la bêtise et l'originalité. Comme de coutume, on espère des jeux nuls, bricolés sous Paint, au gameplay le plus absurde possible, et comme toujours les grands gagnants remporteront des abonnements à Canard PC. Mais cette année, les auteurs des meilleurs jeux – ou des pires, selon le point de vue – auront la joie de voir les rédacteurs jouer et commenter leurs créations en direct sur notre chaîne Twitch (twitch.tv/canardpc). Sur ce, je vous invite à aller lire les consignes de participation sur la page de la jam (itch.io/jam/make-something-horrible-2019) et à prendre quand même un peu de temps pour vous reposer au soleil. Bonne lecture et bonnes vacances à toutes et à tous !

A la Une

Je vis des hauts et des bas

Et si on arrêtait de farmer ?

Ou l'art subtil de se réapproprier son temps libre

Il y a une quinzaine d'années, je me retrouvais à farmer je ne sais plus quelle bestiole dans World of Warcraft, afin de récupérer un familier introuvable autrement. Après avoir passé des journées à tabasser des dragonnets, un éclair de lucidité illumina ma tronche aussi subitement qu'une torche dans une pièce sombre : cette façon d'envisager le jeu vidéo, heures passées à faire la même chose en boucle, ne m'amusait pas du tout. Depuis, j'ai beau avoir lâché les MMORPG et leur obsession du farming, le problème n'est pas réglé pour autant.

Dossier

Charles Cecil, créateur des Chevaliers de Baphomet : « C’est très difficile d’écrire un jeu vidéo. »

Après plus de 30 ans passés à développer des jeux, dont les classiques Beneath a Steel Sky et la série des Chevaliers de Baphomet, Charles Cecil est toujours à la tête de Revolution Software, une entreprise basée en Angleterre. Alors qu'il planche actuellement sur la suite de Beneath a Steel Sky, il a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions.

Dossier

Musique de jeux vidéo : la théorie de l'adaptation

Bande-son d'arrêt d'urgence

La musique est indissociable de tous les arts de l'image mouvante. Présente depuis les premiers films muets, alors jouée en direct, elle intensifie, souligne ce que montre l'écran, apporte sa propre histoire. Son rôle dans le jeu vidéo, autre grand média visuel, est similaire, à une différence près : désormais, la personne assise face à l'écran mène la danse, et bat la mesure.

Test

They Are Billions

Milliards martiaux

Jadis, les jeux Flash m'obsédaient beaucoup trop. Dans ma chambre d'adolescent, je passais mes nuits sur des tower defense dessinés sous Paint ou des jeux de stratégie simplistes. C'était le paradis, même si je rêvais de connaître un jour une version plus ambitieuse de ces titres, avec des graphismes soignés et une profondeur vertigineuse. Bien sûr, quand on grandit, on se rend souvent compte que nos fantasmes sont nuls. Par exemple, jusqu'à ses 28 ans, Kahn Lusth mourait d'envie de conduire un scooter VespaNote : 1. Moi, je me suis accroché à mon rêve. Aujourd'hui, They Are Billions m'a prouvé que j'avais eu raison, toutes ces années, d'attendre un tower defense extraordinaire.

Note 1 : Probablement le modèle 150 TAP, sur lequel l'Armée française avait monté un canon antichar. Non, non, je ne déconne pas, il existe vraiment.

Je vis des hauts et des bas

Et si on arrêtait de farmer ?

Ou l'art subtil de se réapproprier son temps libre

Il y a une quinzaine d'années, je me retrouvais à farmer je ne sais plus quelle bestiole dans World of Warcraft, afin de récupérer un familier introuvable autrement. Après avoir passé des journées à tabasser des dragonnets, un éclair de lucidité illumina ma tronche aussi subitement qu'une torche dans une pièce sombre : cette façon d'envisager le jeu vidéo, heures passées à faire la même chose en boucle, ne m'amusait pas du tout. Depuis, j'ai beau avoir lâché les MMORPG et leur obsession du farming, le problème n'est pas réglé pour autant.

Dossier

Charles Cecil, créateur des Chevaliers de Baphomet : « C’est très difficile d’écrire un jeu vidéo. »

Après plus de 30 ans passés à développer des jeux, dont les classiques Beneath a Steel Sky et la série des Chevaliers de Baphomet, Charles Cecil est toujours à la tête de Revolution Software, une entreprise basée en Angleterre. Alors qu'il planche actuellement sur la suite de Beneath a Steel Sky, il a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions.

Dossier

Musique de jeux vidéo : la théorie de l'adaptation

Bande-son d'arrêt d'urgence

La musique est indissociable de tous les arts de l'image mouvante. Présente depuis les premiers films muets, alors jouée en direct, elle intensifie, souligne ce que montre l'écran, apporte sa propre histoire. Son rôle dans le jeu vidéo, autre grand média visuel, est similaire, à une différence près : désormais, la personne assise face à l'écran mène la danse, et bat la mesure.

Test

They Are Billions

Milliards martiaux

Jadis, les jeux Flash m'obsédaient beaucoup trop. Dans ma chambre d'adolescent, je passais mes nuits sur des tower defense dessinés sous Paint ou des jeux de stratégie simplistes. C'était le paradis, même si je rêvais de connaître un jour une version plus ambitieuse de ces titres, avec des graphismes soignés et une profondeur vertigineuse. Bien sûr, quand on grandit, on se rend souvent compte que nos fantasmes sont nuls. Par exemple, jusqu'à ses 28 ans, Kahn Lusth mourait d'envie de conduire un scooter VespaNote : 1. Moi, je me suis accroché à mon rêve. Aujourd'hui, They Are Billions m'a prouvé que j'avais eu raison, toutes ces années, d'attendre un tower defense extraordinaire.

Note 1 : Probablement le modèle 150 TAP, sur lequel l'Armée française avait monté un canon antichar. Non, non, je ne déconne pas, il existe vraiment.