404 Acheter
La version papier
Sortie en kiosque
le 1 mars 2020
Ancien numéro
Par Kahn Lusth | le 17 février 2020

Canard PC 404 : Édito

Édito

Le jeu vidéo est un milieu secret. Très secret même, si j'en juge mon dernier voyage de presse où un responsable de la communication m'enchaîna sur un autel de pierre, avant de m'entailler la poitrine pour glisser une petite bête visqueuse sous ma peau. « Rompt notre accord de confidentialité et Nya'Shrulbrglh te dévorera le cœur, puis nous n'enverrons plus jamais nos jeux à Canard PC », me dit l'homme en robe de bure noire, flanquée du logo d'un gros éditeur. Autant dire que nous ne sommes pas surpris d'apprendre qu'Electronic Arts masquera désormais le nombre d'utilisateurs actifs de ses jeux dans ses rapports financiers. Selon Blake Jorgensen, chargé de colporter la nouvelle aux investisseurs, cette démarche viserait avant tout à clarifier les bulletins de l'entreprise en éliminant les « mesures qui n'ont pas de sens ». Car nous le savons tous : un jeu qui perd la moitié de ses joueurs, ça ne veut rien dire. « Nous n'essayons pas de retenir des informations », précisa également le numéro deux d'Electronic Arts, avant d'ajouter : « Nous voulons seulement nous assurer que vous ne travaillerez pas avec des chiffres qui n'ont pas de sens. Mais moi j'dis ça, j'dis rien. J'balance pas, j'évoque. ». Comme le dit si bien ackboo : « Demandez l'heure à un développeur de jeu AAA et il vous expliquera qu'il ne peut pas répondre sans une autorisation de sa hiérarchie. » Une blague qui flirte de plus en plus avec la réalité.

A la Une

A venir

Baldur's Gate III

Vers l'Infinity et au-delà

Dans la vie de chaque artiste, de chaque créateur, de chaque être humain, arrive un jour où toutes les pièces du puzzle, sous l'effet du destin ou du hasard, tombent à leur place. Où la vision qui le hante depuis sa première heure et la somme de toutes ses expériences passées s'associent dans une synthèse totale, cohérente, expression parfaite et indépassable de son génie personnel. C'est ainsi que Yves Klein, sommé par sa femme Rotraut de repeindre la salle de bains en bleu (ça lui rappelait leurs vacances au Touquet), eut soudain l'idée d'en faire une toile. Aujourd'hui, c'est à Larian de connaître son heure de gloire et de présenter au monde le jeu auquel, quelque part, le studio a toujours aspiré.

Dossier

Indiana Jones et le royaume des jeux pirates

Comment les adolescents de la Tchécoslovaquie des années 1980 ont découvert les jeux vidéo

Dans les années 1980, l'apprenti développeur tchèque František Fuka découvrait le premier Indiana Jones au cinéma. Conquis par le film et son charismatique personnage principal, il profite d’une semaine de vacances pluvieuse pour développer le jeu d’aventure textuelle Indiana Jones a Chrám zkázy (Indiana Jones et le Temple maudit) dans sa chambre, sans rien connaître du film homonyme. On y incarne Indy, qui part à la recherche du masque doré d’une divinité solaire, quelque part en Amazonie. Équipé du même matériel que les chercheurs en parapsychologie de Ghostbusters, il explore notamment une grotte où se trouve une série de puzzles à résoudre. C’est l’histoire singulière de ce jeu conçu par un autodidacte alors âgé de 16 ans, et de bien d’autres bizarreries sorties de l’imagination d’adolescents de la Tchécoslovaquie des années 1980, que relate l’universitaire Jaroslav Švelch dans son livre Gaming the Iron Curtain.

Rétro

La plus belle histoire d'amour du jeu vidéo

Final Fantasy VII et sa narration mécanique

J'ai terminé trois fois Final Fantasy VII. Je l'ai fini une première fois en 1997, quelques semaines après sa sortie sur PlayStation. Je l'ai terminé une deuxième fois, quelques années plus tard, lorsque le titre est arrivé sur PC. La dernière fois, c'était l'année dernière, à l'occasion du portage sur Switch. Après l'avoir parcouru trois fois dans son intégralité, je pensais bien connaître le jeu et pourtant, sans une vidéo publiée sur YouTube il y a trois ans, je serais peut-être passé à côté d'une des plus belles histoires d'amour du jeu vidéo.
(Attention, cet article contient des spoilers.)

Test

Kentucky Route Zero

Rural d'agonie

Toute une épopée du jeu indé s’achève ici. Neuf ans après une campagne Kickstarter minimaliste, la saga Kentucky Route Zero se termine enfin grâce à la sortie de son épisode final, l'acte V. L'occasion de tester l’intégralité de cette aventure envoûtante et de faire semblant d'y avoir compris quelque chose, histoire de ne pas passer pour un gigantesque tocard et de vous donner quelques clés pour briller au prochain repas de famille.

A venir

Baldur's Gate III

Vers l'Infinity et au-delà

Dans la vie de chaque artiste, de chaque créateur, de chaque être humain, arrive un jour où toutes les pièces du puzzle, sous l'effet du destin ou du hasard, tombent à leur place. Où la vision qui le hante depuis sa première heure et la somme de toutes ses expériences passées s'associent dans une synthèse totale, cohérente, expression parfaite et indépassable de son génie personnel. C'est ainsi que Yves Klein, sommé par sa femme Rotraut de repeindre la salle de bains en bleu (ça lui rappelait leurs vacances au Touquet), eut soudain l'idée d'en faire une toile. Aujourd'hui, c'est à Larian de connaître son heure de gloire et de présenter au monde le jeu auquel, quelque part, le studio a toujours aspiré.

Dossier

Indiana Jones et le royaume des jeux pirates

Comment les adolescents de la Tchécoslovaquie des années 1980 ont découvert les jeux vidéo

Dans les années 1980, l'apprenti développeur tchèque František Fuka découvrait le premier Indiana Jones au cinéma. Conquis par le film et son charismatique personnage principal, il profite d’une semaine de vacances pluvieuse pour développer le jeu d’aventure textuelle Indiana Jones a Chrám zkázy (Indiana Jones et le Temple maudit) dans sa chambre, sans rien connaître du film homonyme. On y incarne Indy, qui part à la recherche du masque doré d’une divinité solaire, quelque part en Amazonie. Équipé du même matériel que les chercheurs en parapsychologie de Ghostbusters, il explore notamment une grotte où se trouve une série de puzzles à résoudre. C’est l’histoire singulière de ce jeu conçu par un autodidacte alors âgé de 16 ans, et de bien d’autres bizarreries sorties de l’imagination d’adolescents de la Tchécoslovaquie des années 1980, que relate l’universitaire Jaroslav Švelch dans son livre Gaming the Iron Curtain.

Rétro

La plus belle histoire d'amour du jeu vidéo

Final Fantasy VII et sa narration mécanique

J'ai terminé trois fois Final Fantasy VII. Je l'ai fini une première fois en 1997, quelques semaines après sa sortie sur PlayStation. Je l'ai terminé une deuxième fois, quelques années plus tard, lorsque le titre est arrivé sur PC. La dernière fois, c'était l'année dernière, à l'occasion du portage sur Switch. Après l'avoir parcouru trois fois dans son intégralité, je pensais bien connaître le jeu et pourtant, sans une vidéo publiée sur YouTube il y a trois ans, je serais peut-être passé à côté d'une des plus belles histoires d'amour du jeu vidéo.
(Attention, cet article contient des spoilers.)

Test

Kentucky Route Zero

Rural d'agonie

Toute une épopée du jeu indé s’achève ici. Neuf ans après une campagne Kickstarter minimaliste, la saga Kentucky Route Zero se termine enfin grâce à la sortie de son épisode final, l'acte V. L'occasion de tester l’intégralité de cette aventure envoûtante et de faire semblant d'y avoir compris quelque chose, histoire de ne pas passer pour un gigantesque tocard et de vous donner quelques clés pour briller au prochain repas de famille.