Canard n° 410

Dossier
Contenu Gratuit
Article en accès libre

Canard n° 410

Au Diablo l'avarice

Ô Diablo IV, toi qui es l’ombre du hack 'n' slash et de nous-mêmes, j’ai écrit ces paragraphes d’angoisse pour ta gloire et pour la honte.

Toi le Doute et la Révolte, toi le Sophisme et l’Impuissance, toi le Désespoir, — tu va revivre en nous et autour de nous, aussi réel qu’aux troubles de l'Erreur 37, quand tu régnas, éclaboussé de tortures, pareil à un obscène martyr sur ta chaire de ténèbres, agitant dans ta senestre le sceptre abominable d’une Mousseline Jaculatoire.

Aujourd’hui, tes enfants dégénérés et épars célèbrent en leur solitude ton loot immortel. Tes pontifes traditionnels sont les moines à front aveugle, de viles croisés, des sorcières outrecuidantes et féticheurs. Mais ton univers s'apprête a grandir, ô Diablo IV, comme le prouve ce grand dossier chargé de faire le point sur tes promesses et ton avenir, aussi perfide que la volonté le rêva. Le monde moderne qui te nie, tu y habitera, tu t’y vautrera comme ackboo dans son test de l’incroyable Flight Simulator ou Malware et son test du mirifique Crusader Kings III.

Tu restera, ô Diablo IV, anonyme et obscur encore pour quelques années ; mais la décennie qui vient proclamera ta revanche, tels ces millions de Fall Guys vendus malgré l'étroitesse de son gameplay. Tu renaîtras en l’Antéchrist. Les sciences des mystères, jaillies tout à coup en onde noire du roc de nos dégoûts, abreuvent déjà les inquiétudes curieuses, tels ces développeurs de jeux vidéo qui nous torturent par leurs gameplay dont parle si bien la prophétesse Ellen Replay dans son dossier.

Laisse celui qui a dédaigné piège jouissif de loot sans fin en aimant ta douleur, afin de mieux lire à ces foules abusées ce dossier de félicité écrit par Robin Déboîte, détaillant les mystères étranges qui lient les insectes à tout un pan du jeu vidéo japonais, abreuvant ainsi les lèvres d'un assoiffé de savoir.

Diablo IV charmant ! J’ai arraché ton masque de goulue volupté, et je me suis épris de ta face de larmes, belle comme la promesse de cet A venir sur Warhammer 40000 : Darktide.

Diablo IV hideux ! J’ai découvert ton ignominie et je révèle le vertige d'un Shadow Warrior 3 sous les traits d'un Doom coloré ! Si ton involontaire tourment s’orne de la noblesse d’être irrévocable et s’illumine à l’honneur de devenir une rédemption, ô Bouc Émissaire du loot, ton cœur palpitant de mort convoitera alors l’immense refuge qu'est le jeu vidéo, comme l'explique si bien l’apôtre Izual dans son Je vis des hauts et des bas sur Satisfactory.

Ô Diablo IV saint et impie, symbole de l’univers dégénéré du jeu vidéo, toi qui sais et toi qui souffre, deviens, selon le verbe des divines promesses, le génie propitiatoire des Expiations Vidéoludique dans ce Canard PC de septembre.