397
Sortie en kiosque
le 1 août 2019

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 10 juillet 2019

Canard PC 397 : Édito

Ses derniers articles

Dossier

LED et lumière bleue

Réel danger ou appât commercial ?

Après les ampoules fluocompactes, accusées de contenir du mercure toxique, c'est au tour des LED de prendre place sur le banc d'infamie : elles émettraient trop de lumière bleue et pourraient causer de lourds dommages à la vue ou à la santé en général. Qu'en est-il en réalité ? S'agit-il d'un énième discours anxiogène sans réel fondement scientifique ? Les ampoules à LED, les moniteurs et autres appareils mobiles dotés d'un rétroéclairage à LED peuvent-ils vraiment nuire ? Si oui, dans quels cas ? Que valent les dispositifs de protection anti-lumière bleue ? Pour répondre à ces questions, nous avons longuement enquêté auprès de chercheurs, physiciens, opticiens et biologistes spécialistes du sujet.

• LED et lumière bleue
• D’où vient la lumière bleue ?
• Lumière bleue et lésions rétiniennes
• D'autres impacts physiologiques ?
• Lunettes anti-lumière bleue
• Cinq tests pour y voir plus clair
• Moniteurs et fonctions dédiées

Cet article a été initialement publié en juin 2017 dans le Canard PC Hardware 33.

Dossier

D’où vient la lumière bleue ?

Le retour de la vengeance des ondes tueuses

La lumière visible est constituée par l'ensemble des ondes électromagnétiques capables d'activer les récepteurs photosensibles de l'œil humain. Leurs fréquences se situent approximativement entre 450 et 750 THz (térahertz). Par commodité, on parlera plus généralement en longueur d'onde : de 400 nm (nanomètre), à la limite des ultraviolets, jusqu'à 700 nm, aux frontières de l'infrarouge. La lumière dite "bleue" correspond à la partie du spectre située entre 420 et 500 nm environ. Si certaines sources lumineuses artificielles en émettent plus que d'autres, l'homme y est soumis quotidiennement de manière naturelle depuis les siècles des siècles. Amen. 

• LED et lumière bleue
• D’où vient la lumière bleue ?
• Lumière bleue et lésions rétiniennes
• D'autres impacts physiologiques ?
• Lunettes anti-lumière bleue
• Cinq tests pour y voir plus clair
• Moniteurs et fonctions dédiées

Cet article a été initialement publié en juin 2017 dans le Canard PC Hardware 33.

Dossier

Lumière bleue et lésions rétiniennes

Règle n°1 : la dose fait le poison

Les risques potentiels liés à la lumière bleue font régulièrement les gros titres des journaux depuis 2010. Elle provoquerait des lésions au niveau de la rétine, accélérerait la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge), la dépression ou carrément – si l'on en croit le vendeur de lunettes spécialisées Gunnar – le cancer. Tous les scientifiques que nous avons interrogés sont formels : oui, la lumière bleue peut effectivement causer des dégâts à la rétine. Et même provoquer une combustion spontanée. Comme pour tout agent potentiellement nocif, tout dépend de la dose et de la durée d'exposition.  

• LED et lumière bleue
• D’où vient la lumière bleue ?
• Lumière bleue et lésions rétiniennes
• D'autres impacts physiologiques ?
• Lunettes anti-lumière bleue
• Cinq tests pour y voir plus clair
• Moniteurs et fonctions dédiées

Cet article a été initialement publié en juin 2017 dans le Canard PC Hardware 33.

Dossier

D'autres impacts physiologiques ?

Règle n°2 : la dose fait le poison

L'influence potentielle de la lumière bleue sur l'organisme ne se limite pas à la destruction de quelques cellules rétiniennes. Les longueurs d'onde concernées jouent également un rôle primordial dans le fonctionnement global du corps humain, en particulier sur nos rythmes chronobiologiques. La présence d'une forte concentration de lumière bleue dans le spectre d'une source lumineuse pourrait donc provoquer d'autres types d'effets indésirables. Et cela à des niveaux d'éclairement bien inférieurs à ceux abordés précédemment. 

• LED et lumière bleue
• D’où vient la lumière bleue ?
• Lumière bleue et lésions rétiniennes
• D'autres impacts physiologiques ?
• Lunettes anti-lumière bleue
• Cinq tests pour y voir plus clair
• Moniteurs et fonctions dédiées

Cet article a été initialement publié en juin 2017 dans le Canard PC Hardware 33.

Dossier

LED et lumière bleue

Réel danger ou appât commercial ?

Après les ampoules fluocompactes, accusées de contenir du mercure toxique, c'est au tour des LED de prendre place sur le banc d'infamie : elles émettraient trop de lumière bleue et pourraient causer de lourds dommages à la vue ou à la santé en général. Qu'en est-il en réalité ? S'agit-il d'un énième discours anxiogène sans réel fondement scientifique ? Les ampoules à LED, les moniteurs et autres appareils mobiles dotés d'un rétroéclairage à LED peuvent-ils vraiment nuire ? Si oui, dans quels cas ? Que valent les dispositifs de protection anti-lumière bleue ? Pour répondre à ces questions, nous avons longuement enquêté auprès de chercheurs, physiciens, opticiens et biologistes spécialistes du sujet.

• LED et lumière bleue
• D’où vient la lumière bleue ?
• Lumière bleue et lésions rétiniennes
• D'autres impacts physiologiques ?
• Lunettes anti-lumière bleue
• Cinq tests pour y voir plus clair
• Moniteurs et fonctions dédiées

Cet article a été initialement publié en juin 2017 dans le Canard PC Hardware 33.

Dossier

D’où vient la lumière bleue ?

Le retour de la vengeance des ondes tueuses

La lumière visible est constituée par l'ensemble des ondes électromagnétiques capables d'activer les récepteurs photosensibles de l'œil humain. Leurs fréquences se situent approximativement entre 450 et 750 THz (térahertz). Par commodité, on parlera plus généralement en longueur d'onde : de 400 nm (nanomètre), à la limite des ultraviolets, jusqu'à 700 nm, aux frontières de l'infrarouge. La lumière dite "bleue" correspond à la partie du spectre située entre 420 et 500 nm environ. Si certaines sources lumineuses artificielles en émettent plus que d'autres, l'homme y est soumis quotidiennement de manière naturelle depuis les siècles des siècles. Amen. 

• LED et lumière bleue
• D’où vient la lumière bleue ?
• Lumière bleue et lésions rétiniennes
• D'autres impacts physiologiques ?
• Lunettes anti-lumière bleue
• Cinq tests pour y voir plus clair
• Moniteurs et fonctions dédiées

Cet article a été initialement publié en juin 2017 dans le Canard PC Hardware 33.

Dossier

Lumière bleue et lésions rétiniennes

Règle n°1 : la dose fait le poison

Les risques potentiels liés à la lumière bleue font régulièrement les gros titres des journaux depuis 2010. Elle provoquerait des lésions au niveau de la rétine, accélérerait la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge), la dépression ou carrément – si l'on en croit le vendeur de lunettes spécialisées Gunnar – le cancer. Tous les scientifiques que nous avons interrogés sont formels : oui, la lumière bleue peut effectivement causer des dégâts à la rétine. Et même provoquer une combustion spontanée. Comme pour tout agent potentiellement nocif, tout dépend de la dose et de la durée d'exposition.  

• LED et lumière bleue
• D’où vient la lumière bleue ?
• Lumière bleue et lésions rétiniennes
• D'autres impacts physiologiques ?
• Lunettes anti-lumière bleue
• Cinq tests pour y voir plus clair
• Moniteurs et fonctions dédiées

Cet article a été initialement publié en juin 2017 dans le Canard PC Hardware 33.

Dossier

D'autres impacts physiologiques ?

Règle n°2 : la dose fait le poison

L'influence potentielle de la lumière bleue sur l'organisme ne se limite pas à la destruction de quelques cellules rétiniennes. Les longueurs d'onde concernées jouent également un rôle primordial dans le fonctionnement global du corps humain, en particulier sur nos rythmes chronobiologiques. La présence d'une forte concentration de lumière bleue dans le spectre d'une source lumineuse pourrait donc provoquer d'autres types d'effets indésirables. Et cela à des niveaux d'éclairement bien inférieurs à ceux abordés précédemment. 

• LED et lumière bleue
• D’où vient la lumière bleue ?
• Lumière bleue et lésions rétiniennes
• D'autres impacts physiologiques ?
• Lunettes anti-lumière bleue
• Cinq tests pour y voir plus clair
• Moniteurs et fonctions dédiées

Cet article a été initialement publié en juin 2017 dans le Canard PC Hardware 33.

Ses articles les plus appréciés par les lecteurs

Tous ses articles