387
Sortie en kiosque
le 1 octobre 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 11 septembre 2018

Canard PC 387 : Édito

Ses derniers articles

Test

Frozen Synapse 2

L’Art de la guerre froide

À la question « Que feriez-vous si vous étiez le premier à apprendre que le monde allait être détruit dans 24 heures ? », ma réponse est sans appel : j’inspirerais un grand coup, avant de courir comme une dératée vers une destination inconnue tout en poussant une salve de cris hystériques. Cette question, Sébum ne me l’a jamais posée – et c’est probablement pour ça que m’incombe aujourd’hui la tâche de tester Frozen Synapse 2, un jeu plus indiqué pour les fins stratèges que les personnes enclines à la panique de ma trempe.
Dossier

À la conquête des simulateurs d'univers

Avec des simulations, on mettrait des décillions de galaxies en bouteille

De No Man's Sky à Eve Online en passant par Star Citizen, les jeux vidéo se déroulant dans des galaxies lointaines prolifèrent, tels des organismes multicellulaires sur une planète super-habitable. À l'ombre de ces derniers, qui comptent des millions de joueurs, se trouvent des simulateurs d'univers beaucoup plus réalistes, dans lesquels les utilisateurs s'abandonnent à de longs moments de contemplation et d'errances galactiques.

Test

The Walking Dead : L'ultime saison – épisode 1

28 saisons plus tard

Lorsque les auteurs Sean Vanaman et Jake Rodkin ont conçu le personnage de Clémentine, l'héroïne de la franchise de jeux Walking Dead, ils ont dû faire face à un défi considérable : imaginer un enfant capable de susciter assez d''empathie pour que le joueur moyen n'ait pas envie de l'abandonner lâchement à la première occasion venue. Après de longues tergiversations, l'un des personnages de jeux vidéo les plus attachants de ces dernières années venait gracier nos écrans, tout ça pour être relégué au rang de personnage secondaire dans la troisième saison. Les fans de la franchise ne se sont pas contentés de ressentir de l'empathie pour Clémentine, comme l'avaient espéré les développeurs – ils ont bruyamment demandé son retour au premier plan, et leurs suppliques ont fini par payer.
Dossier

La cruauté dans les jeux vidéo

Certains hommes veulent juste voir le monde virtuel brûler

Dans un bel élan de cruauté gratuite, des joueurs prennent un malin plaisir à semer chaos et souffrance dans les mondes virtuels. Certains adeptes de GTA-like s'amusent à tirer dans les parties intimes de PNJ sans défense. D'autres génies du mal réunissent des Sims affamés dans une salle dépourvue de porte et les contraignent à se faire livrer une pizza qu'ils devront regarder moisir jusqu'à ce que vienne la délivrance de la mort. Des joueurs de Super Mario 64 rendent un bébé pingouin à sa mère éplorée avant de les jeter tous deux du haut d'une falaise. C'est cette cruauté, dont il m'arrive aussi de faire preuve, simplement parce que j'en ai le pouvoir, que j'aimerais aujourd'hui essayer de comprendre.

Test

Frozen Synapse 2

L’Art de la guerre froide

À la question « Que feriez-vous si vous étiez le premier à apprendre que le monde allait être détruit dans 24 heures ? », ma réponse est sans appel : j’inspirerais un grand coup, avant de courir comme une dératée vers une destination inconnue tout en poussant une salve de cris hystériques. Cette question, Sébum ne me l’a jamais posée – et c’est probablement pour ça que m’incombe aujourd’hui la tâche de tester Frozen Synapse 2, un jeu plus indiqué pour les fins stratèges que les personnes enclines à la panique de ma trempe.
Dossier

À la conquête des simulateurs d'univers

Avec des simulations, on mettrait des décillions de galaxies en bouteille

De No Man's Sky à Eve Online en passant par Star Citizen, les jeux vidéo se déroulant dans des galaxies lointaines prolifèrent, tels des organismes multicellulaires sur une planète super-habitable. À l'ombre de ces derniers, qui comptent des millions de joueurs, se trouvent des simulateurs d'univers beaucoup plus réalistes, dans lesquels les utilisateurs s'abandonnent à de longs moments de contemplation et d'errances galactiques.

Test

The Walking Dead : L'ultime saison – épisode 1

28 saisons plus tard

Lorsque les auteurs Sean Vanaman et Jake Rodkin ont conçu le personnage de Clémentine, l'héroïne de la franchise de jeux Walking Dead, ils ont dû faire face à un défi considérable : imaginer un enfant capable de susciter assez d''empathie pour que le joueur moyen n'ait pas envie de l'abandonner lâchement à la première occasion venue. Après de longues tergiversations, l'un des personnages de jeux vidéo les plus attachants de ces dernières années venait gracier nos écrans, tout ça pour être relégué au rang de personnage secondaire dans la troisième saison. Les fans de la franchise ne se sont pas contentés de ressentir de l'empathie pour Clémentine, comme l'avaient espéré les développeurs – ils ont bruyamment demandé son retour au premier plan, et leurs suppliques ont fini par payer.
Dossier

La cruauté dans les jeux vidéo

Certains hommes veulent juste voir le monde virtuel brûler

Dans un bel élan de cruauté gratuite, des joueurs prennent un malin plaisir à semer chaos et souffrance dans les mondes virtuels. Certains adeptes de GTA-like s'amusent à tirer dans les parties intimes de PNJ sans défense. D'autres génies du mal réunissent des Sims affamés dans une salle dépourvue de porte et les contraignent à se faire livrer une pizza qu'ils devront regarder moisir jusqu'à ce que vienne la délivrance de la mort. Des joueurs de Super Mario 64 rendent un bébé pingouin à sa mère éplorée avant de les jeter tous deux du haut d'une falaise. C'est cette cruauté, dont il m'arrive aussi de faire preuve, simplement parce que j'en ai le pouvoir, que j'aimerais aujourd'hui essayer de comprendre.

Ses articles les plus appréciés par les lecteurs

Tous ses articles