392
Sortie en kiosque
le 1 mars 2019

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 19 février 2019

Canard PC 392 : Édito

Ses derniers articles

La caravane patchs

La caravane patche

Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois

Test

Eastshade

La force de la nature

Dossier

Adieu, jeux introuvables

À plus, et merci pour la passion

Partout, de courageuses sentinelles veillent à ce qu'aucun jeu vidéo ne tombe dans l'oubli. Bibliothécaires chargés de la préservation des disques, antiquaires de chez GOG.com, tenanciers méticuleux de sites d'abandonware : tous travaillent d'arrache-pied à la sauvegarde de notre loisir favori. Pourtant, encore aujourd'hui, certains jeux passent au travers des mailles de ce gigantesque filet et se volatilisent – pas des archives ni des collections privées, non, mais d'Internet et des boutiques. « Pas grave, qu'on se dit, ça doit concerner des prototypes de RPG de 1976 ou bien des shovelwares des années 1990. » Eh bien, pas du tout. Bons jeux, nanars attachants, souvenirs de votre adolescence, chefs-d'œuvre : tous peuvent se retrouver voués au néant. Auparavant accessibles à tout un chacun, ils deviennent soudain réservés aux chercheurs à la BNF, à qui paiera 600 dollars pour le dernier exemplaire sur eBay, ou à qui retrouvera le CD planqué au fond du grenier de ses parents. Le pire, c'est que le consommateur n'est pas le plus à plaindre. En lisant ces quelques pages, où sont rassemblés des exemples de jeux introuvables de toutes les époques, il faut aussi garder à l'esprit que derrière chacun de ces titres il y a des milliers d'heures de dur labeur. Des années entières de la vie de plusieurs développeurs, parties en fumée en même temps que leur jeu a disparu des boutiques.

Test

Spinnortality

J'aime ma boîte

Qu'est-ce que ça fait, de vivre comme Ivan Le Fou ? Tout le monde s'est posé la question un jour. Hélas, on sait le Renard Argenté plutôt discret. Bien malin qui réussirait à lui arracher des détails sur sa villa de Tokyo ou son séjour dans le loft de Brad Pitt à la Nouvelle-Orléans. C'est pourtant lorsqu'il est en France qu'Ivan Le Fou connaît ses journées les plus passionnantes. Dans son bureau lambrissé au dernier étage du gratte-ciel qu'il a fait construire à Montargis, il dirige Canard PC d'une main de platine. Ce sont ces moments-là que nous dévoile en exclusivité mondiale Spinnortality, un documentaire rigoureusement exact qui a suivi Ivan pendant plusieurs années. De quoi goûter enfin au vertigineux quotidien du Goupil Suprême, depuis ses embauches de commandos de l'ombre jusqu'aux pressions qu'il exerce sur les démocraties les plus fragiles.

La caravane patchs

La caravane patche

Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois

Test

Eastshade

La force de la nature

L'intérêt d'un jeu se mesure au nombre de fois où les journalistes le relancent au lieu de finir leur article. Là, par exemple, j'ai l'air d'être avec vous mais entre deux phrases je m'autorise dix minutes d'Eastshade. Il faut dire qu'explorer un gigantesque monde ouvert sans qu'il cache mille malandrins à occire derrière chaque arbre, ça fait un bien fou. Tenez, découvrir un coin de campagne sans armes à la main est si agréable que je vais sans doute arrêter d'emporter mon lance-flammes à chacune de mes promenades au bois de Vincennes.

Dossier

Adieu, jeux introuvables

À plus, et merci pour la passion

Partout, de courageuses sentinelles veillent à ce qu'aucun jeu vidéo ne tombe dans l'oubli. Bibliothécaires chargés de la préservation des disques, antiquaires de chez GOG.com, tenanciers méticuleux de sites d'abandonware : tous travaillent d'arrache-pied à la sauvegarde de notre loisir favori. Pourtant, encore aujourd'hui, certains jeux passent au travers des mailles de ce gigantesque filet et se volatilisent – pas des archives ni des collections privées, non, mais d'Internet et des boutiques. « Pas grave, qu'on se dit, ça doit concerner des prototypes de RPG de 1976 ou bien des shovelwares des années 1990. » Eh bien, pas du tout. Bons jeux, nanars attachants, souvenirs de votre adolescence, chefs-d'œuvre : tous peuvent se retrouver voués au néant. Auparavant accessibles à tout un chacun, ils deviennent soudain réservés aux chercheurs à la BNF, à qui paiera 600 dollars pour le dernier exemplaire sur eBay, ou à qui retrouvera le CD planqué au fond du grenier de ses parents. Le pire, c'est que le consommateur n'est pas le plus à plaindre. En lisant ces quelques pages, où sont rassemblés des exemples de jeux introuvables de toutes les époques, il faut aussi garder à l'esprit que derrière chacun de ces titres il y a des milliers d'heures de dur labeur. Des années entières de la vie de plusieurs développeurs, parties en fumée en même temps que leur jeu a disparu des boutiques.

Test

Spinnortality

J'aime ma boîte

Qu'est-ce que ça fait, de vivre comme Ivan Le Fou ? Tout le monde s'est posé la question un jour. Hélas, on sait le Renard Argenté plutôt discret. Bien malin qui réussirait à lui arracher des détails sur sa villa de Tokyo ou son séjour dans le loft de Brad Pitt à la Nouvelle-Orléans. C'est pourtant lorsqu'il est en France qu'Ivan Le Fou connaît ses journées les plus passionnantes. Dans son bureau lambrissé au dernier étage du gratte-ciel qu'il a fait construire à Montargis, il dirige Canard PC d'une main de platine. Ce sont ces moments-là que nous dévoile en exclusivité mondiale Spinnortality, un documentaire rigoureusement exact qui a suivi Ivan pendant plusieurs années. De quoi goûter enfin au vertigineux quotidien du Goupil Suprême, depuis ses embauches de commandos de l'ombre jusqu'aux pressions qu'il exerce sur les démocraties les plus fragiles.

La caravane patchs

La caravane patche

Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois

La caravane patchs

La caravane patche

Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois

Test

Eastshade

La force de la nature

Test

Eastshade

La force de la nature

L'intérêt d'un jeu se mesure au nombre de fois où les journalistes le relancent au lieu de finir leur article. Là, par exemple, j'ai l'air d'être avec vous mais entre deux phrases je m'autorise dix minutes d'Eastshade. Il faut dire qu'explorer un gigantesque monde ouvert sans qu'il cache mille malandrins à occire derrière chaque arbre, ça fait un bien fou. Tenez, découvrir un coin de campagne sans armes à la main est si agréable que je vais sans doute arrêter d'emporter mon lance-flammes à chacune de mes promenades au bois de Vincennes.

Ses articles les plus appréciés par les lecteurs

Tous ses articles