383
Sortie en kiosque
le 15 juin 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 4 juin 2018

Canard PC 383 : Édito

Ses derniers articles

Test

State of Decay 2

Avec des si, on mettrait le pourri en bouteille

« Appuyez sur une touche pour continuer », me dit l’écran d’accueil de State of Decay 2. J’appuie sur espace. Rien. J’appuie sur entrée. Rien. Je décide alors d’appuyer sur ftdgcrqzda, $*^pezr puis é’(qzrl(’r- en bourrant mon clavier de coups de poings. Ça charge enfin. Ah non, ça freeze. « Échec de la connexion. Vous devez choisir un profil pour pouvoir jouer. » Content d’avoir quand même obtenu une réponse, je clique alors sur « ok » et là, le jeu recommence à me demander d’« appuyer sur une touche pour continuer ». Oh, toi, t’es en train de me chercher grave.

Papier culture

La gestuelle du motard

Test

Agony

Impact avec le diable

Un jeudi, sur la messagerie interne de la rédaction, quelques jours avant qu’on ne reçoive la version test d’Agony.
Kahn : Vous avez vu ? L’embargo d’Agony est repoussé au 29 mai, après la sortie du jeu. :’)
Agar : NOTRE AVIS : 5/10
Trop soucieux de proposer une direction artistique originale, Agony a oublié l’essentiel : être un jeu. Son gameplay banal et peu inspiré, alourdi par quelques problèmes techniques, le réduit au rang de simple curiosité pour amateurs de macabre et de Giger. (Tu peux copier-coller dans ton test, c’est cadeau.)


Vous savez, ce que j’aime par-dessus tout chez ce mec, c’est son optimisme.

Les poubelles de Steam

Les poubelles de Steam

En joie... Feu !

Avec des conditions de publication qui se résument désormais à fournir un chèque de cent dollars et un exécutable qui ne plante pas au démarrage, Steam est devenu les écuries d’Augias du jeu vidéo. Une porcherie que nous allons écumer tous les quinze jours, afin d’en faire sortir les pires jeux vidéo du moment. Suivez-nous et surtout, n’oubliez pas votre combinaison Hazmat. On ne sait jamais.

Test

State of Decay 2

Avec des si, on mettrait le pourri en bouteille

« Appuyez sur une touche pour continuer », me dit l’écran d’accueil de State of Decay 2. J’appuie sur espace. Rien. J’appuie sur entrée. Rien. Je décide alors d’appuyer sur ftdgcrqzda, $*^pezr puis é’(qzrl(’r- en bourrant mon clavier de coups de poings. Ça charge enfin. Ah non, ça freeze. « Échec de la connexion. Vous devez choisir un profil pour pouvoir jouer. » Content d’avoir quand même obtenu une réponse, je clique alors sur « ok » et là, le jeu recommence à me demander d’« appuyer sur une touche pour continuer ». Oh, toi, t’es en train de me chercher grave.

Papier culture

La gestuelle du motard

Test

Agony

Impact avec le diable

Un jeudi, sur la messagerie interne de la rédaction, quelques jours avant qu’on ne reçoive la version test d’Agony.
Kahn : Vous avez vu ? L’embargo d’Agony est repoussé au 29 mai, après la sortie du jeu. :’)
Agar : NOTRE AVIS : 5/10
Trop soucieux de proposer une direction artistique originale, Agony a oublié l’essentiel : être un jeu. Son gameplay banal et peu inspiré, alourdi par quelques problèmes techniques, le réduit au rang de simple curiosité pour amateurs de macabre et de Giger. (Tu peux copier-coller dans ton test, c’est cadeau.)


Vous savez, ce que j’aime par-dessus tout chez ce mec, c’est son optimisme.

Les poubelles de Steam

Les poubelles de Steam

En joie... Feu !

Avec des conditions de publication qui se résument désormais à fournir un chèque de cent dollars et un exécutable qui ne plante pas au démarrage, Steam est devenu les écuries d’Augias du jeu vidéo. Une porcherie que nous allons écumer tous les quinze jours, afin d’en faire sortir les pires jeux vidéo du moment. Suivez-nous et surtout, n’oubliez pas votre combinaison Hazmat. On ne sait jamais.

Ses articles les plus appréciés par les lecteurs

Je vis des hauts et des bas | n°366

Ride

Tous ses articles