397
Sortie en kiosque
le 1 août 2019

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 10 juillet 2019

Canard PC 397 : Édito

Ses derniers articles

Test

Fort Boyard

Un peu trop passe-partout

Il y a des phrases tellement drôles qu'on s'en souvient encore des décennies après les avoir lues. Tenez par exemple, « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » (Déclaration des droits de l'homme et du citoyen). Sans déconner, quel talent comique ces révolutionnaires, impossible d'y repenser sans rigoler. Ou bien « Le Père Fouras ressemblait à un énorme muppet sculpté dans du brie » (Monsieur Pomme de Terre, test de Fort Boyard : la Légende, dans Joystick n° 75 d'octobre 1996). Cette phrase géniale est gravée dans ma mémoire depuis vingt-trois ans. Dès que je vois le père Fouras, dès que quelqu'un prononce le nom du père Fouras, paf, le muppet, le brie, et je rigole tout seul comme un con. Ou plutôt, je rigolais...

En chantier

Maximum Action

Tueur né

Le FPS n'a pas toujours été l'abomination proto-fasciste sponsorisée par la NRA que l'on connaît aujourd'hui. Dans les années 1990*, cette décennie si belle et naïve (on ne compte que deux génocides durant toute la période, c'est vous dire le niveau de chill), les shooters donnaient du massacre d'êtres humains une vision plus innocente. Il n'y avait pas de « Franchi SPAS-12 full auto » ou de « SCAR 5.56mm à viseur ACOG » mais simplement des « fusils à pompe » et des « pistolets » capables de tirer 500 coups d'affilée depuis leurs chargeurs enchantés. Comme on était loin des horreurs de la guerre ! Puis 1998, annus horribilis, est arrivée.

*Dont on vous parle dans notre hors-série sur le jeu PC des années 1990, encore disponible dans notre boutique.

En chantier

Game Builder

Bâtir groupés

Non, ce n'est pas très rassurant. C'est un peu comme apprendre que la société OCP de Robocop, en plus de fabriquer des robots policiers surarmés, a une division « ours en peluches ». Pourtant c'est le cas : Google, l'entreprise qui régit nos vies et gobe nos données personnelles plus vite que moi un litre de flotte après une heure passée dans un métro caniculaire, a créé un logiciel éducatif pour initier les enfants à la programmation. Et le pire, c'est qu'il est assez réussi.

A venir

Carrion

Carpenter brutal

Test

Fort Boyard

Un peu trop passe-partout

Il y a des phrases tellement drôles qu'on s'en souvient encore des décennies après les avoir lues. Tenez par exemple, « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » (Déclaration des droits de l'homme et du citoyen). Sans déconner, quel talent comique ces révolutionnaires, impossible d'y repenser sans rigoler. Ou bien « Le Père Fouras ressemblait à un énorme muppet sculpté dans du brie » (Monsieur Pomme de Terre, test de Fort Boyard : la Légende, dans Joystick n° 75 d'octobre 1996). Cette phrase géniale est gravée dans ma mémoire depuis vingt-trois ans. Dès que je vois le père Fouras, dès que quelqu'un prononce le nom du père Fouras, paf, le muppet, le brie, et je rigole tout seul comme un con. Ou plutôt, je rigolais...

En chantier

Maximum Action

Tueur né

Le FPS n'a pas toujours été l'abomination proto-fasciste sponsorisée par la NRA que l'on connaît aujourd'hui. Dans les années 1990*, cette décennie si belle et naïve (on ne compte que deux génocides durant toute la période, c'est vous dire le niveau de chill), les shooters donnaient du massacre d'êtres humains une vision plus innocente. Il n'y avait pas de « Franchi SPAS-12 full auto » ou de « SCAR 5.56mm à viseur ACOG » mais simplement des « fusils à pompe » et des « pistolets » capables de tirer 500 coups d'affilée depuis leurs chargeurs enchantés. Comme on était loin des horreurs de la guerre ! Puis 1998, annus horribilis, est arrivée.

*Dont on vous parle dans notre hors-série sur le jeu PC des années 1990, encore disponible dans notre boutique.

En chantier

Game Builder

Bâtir groupés

Non, ce n'est pas très rassurant. C'est un peu comme apprendre que la société OCP de Robocop, en plus de fabriquer des robots policiers surarmés, a une division « ours en peluches ». Pourtant c'est le cas : Google, l'entreprise qui régit nos vies et gobe nos données personnelles plus vite que moi un litre de flotte après une heure passée dans un métro caniculaire, a créé un logiciel éducatif pour initier les enfants à la programmation. Et le pire, c'est qu'il est assez réussi.

A venir

Carrion

Carpenter brutal

Ses articles les plus appréciés par les lecteurs

Tous ses articles