411
Sortie en kiosque
le 2 octobre 2020

S'abonner
Numéro actuel
Par Kahn Lusth | le 11 septembre 2020

Canard PC 411 : Édito

Ses derniers articles

En chantier

Baldur's Gate III

La pieuvre par trois

« C'est dépassé tout ça ! s'exclame Izual, rompant le silence feutré du restaurant-galerie d'art du 7e arrondissement où il a sa table attitrée. Comment peut-on sortir un jeu pareil après Disco Elysium ? » L'aréopage de bourgeois autour de lui opine discrètement, flûtes de champagne à la main. « Tu te rends compte que c'est juste un mélange d'Original Sin et de D&D ? » Je jette un coup d'œil aux œuvres accrochées aux murs, douze tableaux pompiers mettant en scène Izual expliquant au peuple l'infériorité du temps-réel pausable. « Oui Izual, je m'en rends compte. Et c'est pour ça que c'est un chef-d’œuvre ! » Dehors, massée sur le trottoir, la foule des prolétaires m'acclame.

Test

Star Wars: Squadrons

Escadre supérieur

La question à laquelle notre holo-cours de philosophie galactique va tenter de répondre aujourd'hui est : « comment produire un effet de réel lorsqu'on cherche à reproduire une fiction ? ». Nous nous appuierons sur les écrits de Bitssis Niumb, le grand penseur tevvarien. Attention, la philosophie des coraux philosophes de Tevvar IV, qui passent leurs journées à regarder leurs six nombrils, est assez confuse. Au passage, et pour l'anecdote, sachez qu'il n'a fallu que trois heures à l'Empire pour réduire en esclavage toute la population de Tevvar IV, mais je digresse.

Test

Serious Sam 4

Pas très sérieux

Déception. J'étais convaincu que Serious Sam 4, fidèle à ses promesses, allait nous ramener à l'époque bénie du premier volet. Non, pas l'époque des fast-FPS, ouh là, sûrement pas, de ce point de vue on est bien mieux lotis aujourd'hui qu'en 2001, quoi qu'en pensent les nostalgiques. Non, je parle de l'époque où les éditeurs vendaient plein pot des jeux à moitié pétés, pour le plus grand plaisir des journalistes qui s'éclataient à les descendre dans des papiers tellement violents qu'un journal pamphlétaire de 1789 aurait refusé de les publier.

En chantier

Ultrakill

Sang concession

Toute mode finit par mourir quand elle atteint sa limite. Par exemple, le jour où les hipsters parisiens, emportés par leur rivalité mimétique, arboreront des barbes de bûcherons tellement grosses qu'ils ne pourront plus se déplacer, ils regagneront leurs esprits et finiront par les raser. Et avec l'arrivée d'Ultrakill, FPS hystérique aux graphismes tellement sommaires qu'on peut compter les polygones de chaque ennemi à l'œil nu, la course au shooter le plus rapide et le plus low poly à laquelle on assiste depuis deux ans va peut-être enfin prendre fin.

En chantier

Baldur's Gate III

La pieuvre par trois

« C'est dépassé tout ça ! s'exclame Izual, rompant le silence feutré du restaurant-galerie d'art du 7e arrondissement où il a sa table attitrée. Comment peut-on sortir un jeu pareil après Disco Elysium ? » L'aréopage de bourgeois autour de lui opine discrètement, flûtes de champagne à la main. « Tu te rends compte que c'est juste un mélange d'Original Sin et de D&D ? » Je jette un coup d'œil aux œuvres accrochées aux murs, douze tableaux pompiers mettant en scène Izual expliquant au peuple l'infériorité du temps-réel pausable. « Oui Izual, je m'en rends compte. Et c'est pour ça que c'est un chef-d’œuvre ! » Dehors, massée sur le trottoir, la foule des prolétaires m'acclame.

Test

Star Wars: Squadrons

Escadre supérieur

La question à laquelle notre holo-cours de philosophie galactique va tenter de répondre aujourd'hui est : « comment produire un effet de réel lorsqu'on cherche à reproduire une fiction ? ». Nous nous appuierons sur les écrits de Bitssis Niumb, le grand penseur tevvarien. Attention, la philosophie des coraux philosophes de Tevvar IV, qui passent leurs journées à regarder leurs six nombrils, est assez confuse. Au passage, et pour l'anecdote, sachez qu'il n'a fallu que trois heures à l'Empire pour réduire en esclavage toute la population de Tevvar IV, mais je digresse.

Test

Serious Sam 4

Pas très sérieux

Déception. J'étais convaincu que Serious Sam 4, fidèle à ses promesses, allait nous ramener à l'époque bénie du premier volet. Non, pas l'époque des fast-FPS, ouh là, sûrement pas, de ce point de vue on est bien mieux lotis aujourd'hui qu'en 2001, quoi qu'en pensent les nostalgiques. Non, je parle de l'époque où les éditeurs vendaient plein pot des jeux à moitié pétés, pour le plus grand plaisir des journalistes qui s'éclataient à les descendre dans des papiers tellement violents qu'un journal pamphlétaire de 1789 aurait refusé de les publier.

En chantier

Ultrakill

Sang concession

Toute mode finit par mourir quand elle atteint sa limite. Par exemple, le jour où les hipsters parisiens, emportés par leur rivalité mimétique, arboreront des barbes de bûcherons tellement grosses qu'ils ne pourront plus se déplacer, ils regagneront leurs esprits et finiront par les raser. Et avec l'arrivée d'Ultrakill, FPS hystérique aux graphismes tellement sommaires qu'on peut compter les polygones de chaque ennemi à l'œil nu, la course au shooter le plus rapide et le plus low poly à laquelle on assiste depuis deux ans va peut-être enfin prendre fin.

Ses articles les plus appréciés par les lecteurs

Tous ses articles