Après plus de vingt ans de bons et loyaux services, Bend Studio reste un développeur méconnu. Si son tout premier jeu, Bubsy 3D, n'a pas vraiment marqué son époque (ou plutôt si, mais comme une vilaine tache indélébile), on lui doit tout de même la très sympathique série des Syphon Filter. Après quelques épisodes portables de Resistance et Uncharted, Sony leur confie à nouveau un projet ambitieux avec Days Gone. Dans un monde ouvert, en pleine apocalypse zombie (pour changer), Deacon le biker viril doit survivre et casser des gueules putréfiées – ou non, de nombreux maraudeurs battent également la campagne. Générique au premier abord, Days Gone pourrait tirer son épingle du jeu s'il continue de lorgner World War Z, avec un nombre parfois affolant de macchabées, mais aussi sur The Last of Us, à qui il a piqué son goût pour l'improvisation et le do-it-yourself. On a pu voir Deacon jouer à attirer ses ennemis vers des pièges à loup savamment posés, ou fabriquer armes et munitions à la volée comme dans le titre de Naughty Dog. Bien qu'on prenne les promesses du studio (différentes manières de gérer une situation, effets météo qui changent le gameplay…) avec un grain de sel, on a quand même pour une fois envie d'y croire plus que de se moquer.