Loin de moi l’odieuse intention de dénoncer, mais le peuple doit savoir. À l’aimable proposition faite par Capcom, début décembre, de venir jouer quelques heures à la dernière version de Resident Evil 7 dans ses locaux de Saint-Germain-en-Laye, à une quinzaine de kilomètres de Paris, voici les réponses que je reçus de mes camarades sur notre outil de discussion interne (par respect pour leur réputation, leurs noms ont été caviardés) :

xxxx (3:58 PM): « Sans moi, les trucs d'horreur je peux pas. »

xxxxxx (4:01 PM): « J'ai déjà fait deux previews et c'était douloureux, je veux bien faire le test mais dans le confort de mon foyer, l'après-midi, avec des chocolats chauds et mes peluches. »

xxxx (6:29 PM) : « J'ai joué pendant 2 minutes en VR chez Sony l'autre fois, j'ai eu trop peur. »

xxxx (6:34 PM) : « Saint-Germain ? Mais c'est la province, ça ! La fin de la civilisation ! Pas possible, je ne suis pas à jour dans mes vaccins. »(1)

On croirait lire des citations de spectateurs réutilisées pour l’affiche 4x3 de Paranormal Activity 12. Une honte absolue. C’est donc armé de mon professionnalisme, d’une généreuse portion de moules-frites à emporter (je n’avais pas eu le temps de déjeuner) et d’une paire de couches Confiance que je me suis rendu dans l’ouest parisien pour accomplir la sacro-sainte mission de Canard PC et rendre compte de l’état du jeu un peu moins de deux mois avant sa sortie.

1 : Toutes ces phrases sont rigoureusement authentiques et j’ai des captures d’écran qui l’attestent (sauf une, mais c'est parce qu'en vrai Ivan ne fait plus de présentations depuis longtemps, j'ai donc légèrement extrapolé sa réponse).