Quand j’étais ado, j’aurais adoré être métamorphe. Enfin j’imagine, je ne connaissais pas le mot à l’époque, mais le concept de changer de forme à volonté m'aurait forcément semblé désirable, surtout à un âge où l'on risque tous les matins de se réveiller avec un sein en plus ou un bouton sur le pif. Eh bien, figurez-vous que Nimona est ado ET métamorphe. Ce qui lui a probablement servi à faire les 400 coups, et qui lui est, en tout cas, fort utile le jour où elle se radine chez Ballister Blackheart, le superméchant de la région, pour se proposer comme assistante. Plutôt du genre solitaire, Ballister hésite un peu. Mais il a un insupportable héros à mèche blonde à affronter, Ambrosius, et des trucs louches sur lesquels enquêter. Nimona et Ballister font donc équipe, et j’arrête là de vous raconter l’histoire, sachez simplement qu’elle est fort pleine d’humour et de rebondissements. Nimona et Ballister forment un duo d’antihéros sympathiques aux caractères de cochon, dans un univers à mi-chemin entre fantasy et science-fiction. Noelle Stevenson a entièrement redessiné ce qui était un webcomic au départ, Nimona est donc structuré en courts chapitres rigolards. Et on arrive à la fin avec l’envie folle de lire la suite (il n’y en a pas) et de l’offrir à tous les gens que l’on connaît.