Valve, mastodonte planétaire du jeu vidéo, emploie 400 personnes pour faire tourner sa boutique Steam (et plusieurs studios de développement en parallèle). Le site G2A.com, qui se contente de refourguer des clés Steam d'occasion, compte pour sa part... 700 salariés. Cherchez l'erreur. Cette société basée à Hong-Kong après avoir été fondée par deux Polonais en 2010, revendique 12 millions de clients. Elle est devenue la bête noire d'une industrie tout entière. Sur le papier, comme ne cessent de le répéter ses fondateurs, G2A n'a pourtant rien de bien menaçant. Il s'agit d'une place de marché mettant en relation des vendeurs – n'importe quelle personne désirant céder une clé Steam, Uplay ou Origin d'un jeu vidéo dont elle n'a pas l'utilité – et des acheteurs. On y trouve des prix défiant toute concurrence, avec des jeux récents souvent vendus 30 % à 50 % moins cher que sur Steam. Mais bien sûr, il ne faut pas soulever le tapis. En dessous, c'est crado.