Vous vous souvenez peut-être de Brothers : A Tale of Two Sons, jeu indé sorti en 2013, qui avait deux particularités : on y dirigeait deux personnages à la fois (grâce aux deux sticks de sa manette) et il s'agissait d'un tire-larmes éhonté, qui parvenait cependant à proposer une aventure passionnante en variant les interactions à chaque scène. A Way Out n'est autre que le nouveau jeu de l'équipe à qui l'on doit Brothers, et semble en suivre les mêmes grands principes, tout en les appliquant à un jeu plus audacieux. Tout commence en prison, où Leo, résident local et tête brûlée, accueille Vincent, nouvel arrivant, un peu plus âgé. Les deux vont se trouver des points communs et établir un plan d'évasion. Ça c'est le point de départ, parce qu'une fois dehors, les deux compères vont devoir improviser. La première originalité de A Way Out (car pour l’instant on se trouve dans un polar plutôt classique) est de se jouer obligatoirement à deux et en écran partagé, que ce soit en local avec un ami ou en ligne... avec un ami aussi, puisqu'on ne pourra pas faire équipe avec des inconnus. La deuxième, c'est de permettre aux deux personnages qui se partagent l'écran de se trouver simultanément dans des situations ou des lieux différents, et même à l'un des joueurs de regarder une cinématique pendant que l'autre vaque à ses occupations. Même si, bien évidemment, ils auront parfois à coopérer pour atteindre un but commun.