Les films de cinéma, à quelques rares exceptions près, sont tournés à 24 images par seconde. Mais nos beaux moniteurs hors de prix peuvent cracher sans forcer 60 images par seconde. D'où l'existence de Smooth Video Project. Ce décodeur vidéo, compatible avec tous les lecteurs classiques basés sur DirectShow (Kodi, PotPlayer, Windows Media Player, GOM Player, MPC-HC...), interpole en temps réel les images pour passer la diffusion en 60 FPS (ou même 120 FPS). Avantage : le film paraît nettement plus fluide, naturel. On a l'impression que les images flottent dans de la soie beurrée. C'est l'équivalent de ces filtres avec des noms comme « Motion bidule » ou « Trucmuche Smoothing » qu'on trouve sur les téléviseurs haut de gamme. Inconvénient : certains snobs trouvent que cela dénature l'aspect « cinéma » du film, et que ça donne à l'image un grain de reportage télé... Le mieux est encore de vous faire votre propre avis en essayant Smooth Video Project, qui est gratuit (sauf pour VLC). Petite note de bas de page : un certain type de cinéma d'auteur, centré sur l'expression physique du désir entre deux, trois ou douze êtres humains consentants, profite beaucoup de cette immersive fluidité. Je vous laisse expérimenter.