Si dans Yamataï, l'objectif est d'aider le moins possible ses adversaires, le ton est différent dans Hit Z Road. Ici, chacun va pousser ses concurrents dans les bras de zombies affamés. Oh, pas directement, de manière vulgaire, par l'apposition ferme de nos deux mains entre leurs omoplates. Non, de façon plus délicate, en se positionnant pour emprunter en premier les itinéraires les plus fructueux ou les moins dangereux. En pleine apocalypse, plusieurs groupes de survivants tentent de rallier en voiture la côte ouest des États-Unis. À chacun des huit tours qui composent le périple, plusieurs itinéraires – autant qu'il y a de joueurs – s'offrent à eux. Chaque itinéraire est lui-même composé de deux cartes lieux sur lesquelles le groupe pourra récolter des ressources (chouette !), trouver des objets spéciaux (youpi !), recruter de nouveaux membres (rhâââ lovely) et tomber nez à nez avec quelques zombies (bof), voire une horde (adieu monde cruel).

Le jeu, magnifiquement illustré, offre une thématique zombie traitée avec originalité (un gamin qui raconte l'aventure a posteriori) mais qui n'est en réalité qu'un enrobage pour les deux piliers que sont les enchères et la gestion de ressources. Afin de se placer avantageusement dans l'ordre de choix d'itinéraires, chaque joueur va en effet enchérir en sacrifiant ses jetons d'essence, de munitions et d'adrénaline, autant d'avantages précieux permettant de fuir des lieux trop dangereux, se débarrasser de morts-vivants ou sauver des membres en mauvaise posture. Les parties sont rapides et le mélange de gestion, de fourberie et de chance (on y lance des paquets de dés) en fait un bon candidat pour animer un – long – apéro.