News Hardware

Diamant quantique

Incroyable synchronicité. Ce matin même, tout en trempant un reste de pizza pepperoni de la veille dans mon chocolat au lait, je me disais que ce qui manquait surtout à l’informatique quantique, c’était un disque en diamant d’une grande pureté et de cinq centimètres de diamètre, pouvant stocker l’équivalent d’un milliard de galettes Blu-ray. Oui, un milliard. Bah tant qu’à faire dans la projection quantique au petit-déj', autant se lâcher. Mais alors que je préparais derechef le dossier de brevet international, il se trouve que des chercheurs japonais de l’université de Saga et Adamant Namiki Precision Jewelery m’ont coiffé sur le poteau. C’est rageant. Quoi qu’il en soit, je reste beau joueur, bonne chance à eux avec leur disque baptisé « Kenzan Diamond », même si ce dernier ne bénéficiera évidemment pas du gros travail de R&D effectué en me lavant les dents. En théorie, il est donc question d’une capacité de stockage de 25 exaoctets et d’une commercialisation en 2023, alors que les scientifiques travaillent déjà sur des disques de dix centimètres de diamètre. Pour autant, on ne va pas se mentir, la technologie ne sera réellement mature qu’avec des disques de 19,5 cm. (http://cpc.cx/AH431N4 / Crédit photo : Université de Saga)

Verre de nouvelles puces

La jeune pousse israélienne CogniFiber – dont les cofondateurs ont un temps participé à l’Ingenuity Partner Program d'Intel –, développe une puce photonique en verre afin de répondre aux exigences futures en termes de « transferts et traitement d’une grande quantité de données ». On l’aura compris, le projet consiste à remplacer purement et simplement les semi-conducteurs en silicium des centres de données avec une solution plus économique et puissante (-80 % en consommation, vitesse ×100 selon la société), se gaussant des barrières physiques et de la loi de Moore. Si les investisseurs croient au potentiel des puces photoniques – six millions de dollars tout juste levés par CogniFiber, 56 millions de dollars par Celestial AI et ses accélérateurs IA –, Intel adopte une attitude plus réservée, faisant remarquer l’absence de technologie de stockage basée sur la lumière pour accompagner le bazar et une longueur d’onde supérieure à celle d’un transistor. (Crédit photo : Pexels - Tairon Fernandez)

IDC indique que le marché mondial des appareils domestiques « intelligents » a progressé de 11,7 % en 2021 (895,1 millions d’unités livrées). Une croissance qui devrait perdurer dans les prochaines années, malgré les difficultés d’approvisionnement.
Selon Security.org, 53 millions d'adultes nord-américains possèdent un équipement de réalité virtuelle, alors qu'un tiers de la population idoine estime que cette technologie aura un impact positif sur la société.
Un jour, une pénurie. BMW par exemple, qui va temporairement priver ses véhicules d'Android Auto et Apple CarPlay en attendant des jours meilleurs.
L'Université et l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne ont publié un outil calculant le risque d'automatisation par type d'emploi. Suivez le lien pour savoir à quelle sauce vous allez être mangé : http://cpc.cx/AH431N5.

Il ne fait pas bon émettre des réserves sur la capacité de l’intelligence artificielle de Google à fabriquer une partie des puces « plus rapidement et efficacement que les humains », comme l’explique la pieuvre dans un document de recherche publié dans Nature en 2021. Surtout lorsqu’on travaille soi-même pour la branche « Brain » de Google, puisque la tendance est à licencier tout chercheur de pointe ne s’alignant pas sur le discours officiel, Satrajit Chatterjee étant le dernier en date. (http://cpc.cx/AH431T2 / Crédit photo : Pexels - Pixabay)

Pour ceux qui en doutaient encore, Intel a indiqué que, sauf miracle ou soutien financier des pouvoirs publics américains, la pénurie mondiale de puces perdurera jusqu’en 2024, au bas mot. Le fondeur estime toutefois être « en bonne position » pour gérer cette crise.
Robotaxi, c'est sa vie

Elon Musk a indiqué aux actionnaires que Tesla produira – en volume – un robot-taxi démuni de volant et de pédales en 2024. Bon, pourquoi pas, même si Elon avait déjà promis un service de taxis autonomes pour 2020. Une autonomie qui devrait s’accompagner « du plus bas coût par kilomètre » puisque selon les projections du fabricant, le tarif d’un trajet en robot-taxi sera inférieur à celui d’un ticket de bus ou de métro, même subventionné. Si Elon n’a partagé aucune information technique durant la conférence audio, il a toutefois précisé que « pour vendre la conduite autonome complète, il faut résoudre le problème de l’intelligence artificielle dans le monde réel, que personne n’a (encore) résolu ». Cela implique la mise au point de réseaux neuronaux et de caméras offrant « un degré de capacité égal, voire supérieur, à celui des humains », a-t-il ajouté. Un objectif qu’il prévoit cependant d’atteindre cette année, le temps de boucler le rachat de la NASA, d'Apple, de Samsung, de Microsoft et d'Amazon. Canard PC, non, on est bien trop cher pour lui. (Crédit photo : Pexels - NEOSiAM 2021)

Machines à recycler

La pénurie de semi-conducteurs persistant, voici qu’un « grand conglomérat industriel » a décidé d’acheter des machines à laver par palettes afin d'en retirer les composants et de les utiliser dans ses propres modules de puces. Relayée par Bloomberg, l’information provient de Peter Wennink, PDG d’ASML, un fabricant hollandais de machines de photolithographie. Ce dernier n’ayant pas souhaité divulguer le nom du conglomérat, pas plus que le type de puce concerné ou la méthode de récupération utilisée, il faudra se contenter d’un constat général : qu’un industriel d’envergure joue les charognards sur des produits finis démontre que la situation n’est pas près de s’améliorer. Peter explique qu'une partie du phénomène est liée à la forte demande de semi-conducteurs en provenance de l’Internet des Objets, « significativement sous-estimée » et loin de s’atténuer, alors que les capacités de production pour 2022 et 2023 restent très limitées. (Crédit photo : Pexels - Ketut Subiyanto)

Vous pouvez lire aussi

Google I/O 2022 : plus de Pixels

Comme chaque année, Google revient avec sa conférence Google I/O, qui cette année présente un peu plus de nouveautés matérielles. Un seul prix a été dévoilé, mais les impatients peuvent cependant déjà commencer à économiser.

AMD Radeon RX 6x50 : les dernières cartes de l'ère RDNA 2

Trois nouvelles cartes AMD étaient attendues et leurs performances annoncées mais leurs prix étaient encore un mystère. Les premiers tests sont désormais là et avec eux, un passage en revue des premiers retours.

Intel lance des Alder Lake pour ceux qui veulent de la puissance

Intel vient d'annoncer une nouvelle gamme de CPU pour les ordinateurs portables (et probablement compacts), les Core de 12e génération « HX », dans la famille Alder Lake.

Pourquoi il n'y a pas de claviers en Aurebesh

Quand nous avons cherché à faire une page « hardware » sur Star Wars, une question s'est posée : existe-t-il des claviers avec la « langue » de Star Wars ? La réponse est non.

Les cartes graphiques Star Wars de Nvidia - Du premium pour les fadas

Quand Kahn Lusth a proposé de faire quelques lignes sur les produits Star Wars pour PC, il a bien précisé : « Pas les 345 casques/souris/claviers/skeudurs produits ces 20 dernières années. » Du coup, j'ai choisi un produit qui n'était pas dans sa liste : une carte graphique. Plus exactement, deux cartes graphiques.