Nous aussi, on sortait de nulle part. Par « nous », j'entends les journalistes francophones envoyés à Londres tâter Halo Wars 2, et par « nulle part », il faut bien sûr comprendre plusieurs heures de métro, Eurostar et bus qui nous ont emmenés au milieu d'une ruelle du sud de la capitale anglaise, dans un entrepôt glacial situé en face de l'échoppe d'un taxidermiste aux allers-retours passablement louches. Une situation trouble, propice à l'oubli de la règle d'or du tâtage de STR à plusieurs : le premier à trouver l'unité la plus pétée du jeu gagne la partie. Comme vous pouvez le voir sur les captures d'écran qui parsèment ces pages, j'eus la chance de tomber dessus quasiment tout de suite. Mais je vous raconte tout ça un peu trop vite, je ne vous ai même pas parlé du chifoumi.