Amateurs de tempêtes et de verres d'eau, réjouissez-vous, Far Cry 5 est parti pour être un bon cru. Tenez : pour la première fois, les militants de droite sont eux aussi montés au créneau. Sitôt révélé, le scénario du jeu, qui mettra le protagoniste aux prises avec des fondamentalistes chrétiens dans un village perdu du Montana, a fait bondir tout ce qu'Internet compte d'alt-righteux et autres dextrogyres. Ubisoft a eu beau expliquer que le contexte du jeu avait été choisi pour des raisons esthétiques plus que politiques, et qu'il ne sera fait aucune référence aux événements récents comme le Brexit ou l'élection de Trump, c'était trop tard. Far Cry 5 a été accusé d'être un jeu anti-chrétien, anti-blanc, anti-américain, et j'en passe. Le boxon qui a suivi son annonce a pris une telle proportion qu'il semblait impossible d'envisager le jeu autrement que comme une bannière, qu'il convenait de saluer ou de huer en fonction de ses opinions politiques. Pourtant, derrière le symbole, derrière les hourras de la gauche, convaincue d'avoir trouvé le premier FPS anti-Trump, et les cris d'orfraie de la droite américaine en plein délire paranoïaque, il y a bien un jeu, qu'on a presque été surpris de découvrir. Une fois le pad PS4 en mainNote : 1, à quoi ressemble donc Far Cry 5 ?

Note 1 : Forcer les journalistes à jouer au pad à un FPS, voilà qui mériterait une pétition change.org