Le succès de Project Resurgence m'avait toujours interloqué. D'accord, ses créateurs disaient s'inspirer d'une impressionnante liste de jeux de rôle – Fallout, Arcanum et Baldur's Gate en tête. D'accord, ils promettaient de satisfaire à la fois les partisans du tour par tour et les adeptes du temps réel. D'accord, ils s'engageaient à écrire des dialogues touffus et réactifs aux choix du joueur. Mais est-ce qu'au final tout ça ne faisait pas un peu trop de promesses ? Pas pour les 3 000 rôlistes qui avaient enseveli le Kickstarter du jeu sous presque 200 000 dollars en janvier 2016. Un peu plus pour les développeurs, qui ont annoncé fin juin la dissolution de Nectar Game Studios, six mois après la date de sortie prévue du jeu. « Nous savions que c'était un jeu très ambitieux, mais nous pensions que notre passion et notre détermination suffiraient à le mener à bien », racontent-ils dans leur communiqué avec une honnêteté rafraîchissante. À garder en tête la prochaine fois qu'un projet de grande envergure demandera votre oseille sur Kickstarter.