Dans Prison Architect, on pouvait bâtir une prison modèle, avec des cellules immenses, des gardes sympas, de la pelouse et du plancher de chêne partout. Mais ça, c'était pour les parangons de vertu. Moi, j'étais un monstre. Plus qu'une prison, je construisais un enfer cerné de barbelés, qui oubliait le bien-être carcéral pour se concentrer sur le profit. Autant vous dire que je suis pile la cible de Machiavillain, qui m'a expliqué lorsque j'ai lancé sa version alpha que j'étais un démon chargé de construire un super donjon avec les mêmes contrôles – et la même caméra vue du dessus – que Prison Architect : on dessine le tracé des murs, on choisit où poser un fauteuil et une porte, puis des ouvriers se chargent de faire tout le boulot de construction. Seulement, une fois cette étape achevée, Machiavillain laisse Prison Architect derrière lui : en effet, on n'y bâtira pas un complexe conçu pour enfermer des prisonniers mais un donjon qui devra subvenir aux besoins de ses résidents, ces mêmes goules, vampires et zombies qui vous servent d'ouvriers. Alors on installera des lits pour les loups-garous et des sarcophages pour les momies, puis viendra le moment fatidique. Celui où il faudra bien nourrir tout ce petit monde.