Je pensais évidemment au boss démoniaque qu'un duo de chasseurs traquaient dans la présentation E3 de Hunt : Showdown. Une saloperie humano-arachnéenne absolument repoussante, qu'on verrait bien tourner sous la direction de David Cronenberg ou de John Carpenter, et qui serait du style à faire ce genre de blague. Mais à la réflexion, entre les problèmes financiers du studio allemand, ses dernières productions en demi-teinte (Ryse, souvenez-vous…), voire en quart de teinte et en VR (coucou Robinson : The Journey), et ce recyclage du vieux Hunt : Horrors of the Gilded AgeNote : 1, on comprend que vous y ayez pensé. Toutefois, on ne parlera pas de « dernier méfait » au sujet de Crytek tant le projet est, contre toute attente, intéressant et novateur.

La présentation de Los Angeles montrait en effet la paire de joueurs parcourir précautionneusement, de nuit, les marais putrides de la Louisiane du XIXe siècle. Ces chasseurs de primes étaient à la recherche d'indices sur l'emplacement de la vilaine bestiole. Sur le chemin rôdaient des créatures moins puissantes mais pas moins répugnantes – comme des zombies ou des cadavres tronçonnés qui servent de nid à des nuées de gros insectes. Puis vint la découverte de la planque de l'abomination à huit pattes, bras, jambes (je ne sais pas trop et je ne veux surtout pas savoir). Une fois tuée, non sans mal, ils la bannirent de leur dimension et quittèrent la zone pour collecter leur prime.

Note 1 : Un clone de Left 4 Dead présenté à l'E3 2014 et rapidement rangé au fond d'un vieux carton.