Plutôt discret au sein du catalogue Devolver, The Swords of Ditto est un jeu d'arcade-aventure qui, visuellement, rappelle un peu Earthbound, bien que le gameplay soit plus proche de celui de Zelda : A Link to the Past. Mais, contrairement à ceux de ses illustres aînés, et fidèles aux principes qui régissent le jeu vidéo du XXIe siècle, les niveaux de The Swords of Ditto sont générés aléatoirement à chaque partie – et la mort du personnage y est permanente. Comme dans Rogue Legacy, c'est un descendant du héros défunt qui prend alors la suite, héritant d'une partie de son équipement et de ses talents.
Si la plus grosse partie de l'aventure se déroulera à l'extérieur, des donjons seront toutefois cachés de manière plus ou moins évidente derrière buissons ou rochers, laissant aux courageux la possibilité d'aller y jeter un coup d'œil, armés de leur fidèle épée ou... euh... par exemple d'un disque 33 tours que l'on peut jeter sur les ennemis et qui remplit plus ou moins la même fonction que le boomerang de Zelda. Le jeu n'est d'ailleurs pas à un anachronisme ni à une absurdité près, puisqu'on pourra s'y restaurer dans une boutique de hot-dogs ou invoquer une jambe de yéti géante pour écrabouiller les affreux les plus coriaces.
Rempli d'humour absurde, mignon et coloré, The Swords of Ditto proposera des parties assez courtes (comptez deux à trois heures pour venir à bout de la quête) et espère conserver l'intérêt des joueurs sur le long terme grâce à l'évolution dynamique de l'univers. Chaque quête échouée aura en effet pour conséquence d'accroître l'influence de la méchante sorcière qui menace l'île de Ditto, et rendra le monde plus inquiétant. À l'inverse, après une victoire, ce dernier deviendra plus lumineux et apaisé. Un jeu original à tous points de vue, que nous garderons à l'œil d'ici à sa sortie l'année prochaine.