J'aurais d'abord dû être touché. À l'origine, Magic and Mirrors a été fondé par un couple très amoureux (et épaulé par deux autres personnes) à qui on donnerait le bon dieu sans confession. Leur objectif était aussi noble que leur amour : créer un jeu d'action qui permettrait de gérer chaque combat de nombreuses manières. C'est en partant de ces beaux principes qu'ils se sont attelés à Nelo, dont le héros éponyme est une sorte d'alien ninja télékinétique qui jongle entre des attaques au corps à corps et les quatre armes à feu qui volent autour de lui. Capable de combattre avec ses petits poings musclés, à distance avec ses fusils, ou carrément en vue de dessus à la Hotline Miami d'une simple pression de bouton, notre héros file à toute berzingue à travers des décors en camaïeu de gris. Nelo sprinte à toute vitesse, court sur les murs, saute, resaute, triple-saute, fend les airs et semble ne jamais vouloir s'arrêter, ce qui s'avère un peu moins rigolo quand le titre juge pertinent d'intégrer au chausse-pied des phases de plateforme entre les bastons. Je reste toutefois coi devant cette performance qui, après Goat Simulator ou I am Bread, nous permet enfin d'incarner une savonnette futuriste.