Je me souviens du temps où Duke Nukem aimait mâcher du chewing-gum et botter des culs. Mais aujourd'hui, Papy Duke suce des pastilles au miel et radote. Dans cette énième redite, le hit de 1996 nous revient avec un mode « vraie 3D » qui corrige les atroces distorsions visuelles du moteur Build Engine, ainsi qu'une poignée de niveaux exclusifs, conçus par « les concepteurs originaux » et dont le level design oscille entre le sympathique et l'affligeant. Bref, ne mettez pas plus de cinq balles dans ce titre ou je vais me foutre en rogne.