Ellen Replay

170 articles
Golf Club Wasteland - La guerre du golf

Vous vous souvenez quand des feux de forêt ont ravagé une colline dans l'État de Washington, et que des joueurs de golf ont poursuivi leur partie avec un incendie en arrière-plan comme si de rien n'était ?

Elden Ring - Le seigneur de l'anneau

C'était en juin 2019. Elden Ring, le prochain jeu de Hidetaka Miyazaki, père des Dark Souls, de Bloodborne et de Sekiro, a été annoncé en grande pompe lors de l'E3, avant de se hisser dans tous les tops des jeux les plus attendus. Et puis, tel un G.R.R. Martin qui se serait enfermé dans une cave moite pour écrire le sixième tome du Trône de Fer, on n'en a plus du tout entendu parler pendant deux ans.

Evil Dead : the Game - Pour qui tronçonne le glas

Depuis la mort tragique d'Evolve, je pense que je suis la seule personne à attendre désespérément la sortie d'un bon jeu d'horreur asymétrique – ce que les autres rédacteurs semblent considérer avec un mélange de bienveillance et de pitié, comme si j'étais une enfant persuadée de pouvoir faire pousser un arbre à sucettes en plantant une Chupa Chups dans son jardin.

The Wild at Heart - La forêt des enfants perdus

Depuis quelques heures, j’arpente la forêt des Boissombres accompagnée d’une vingtaine de farfelins. Ce sont des petites créatures sylvestres aussi mignonnes que serviables, qui répondent à tous mes ordres – qu'il s'agisse de tabasser des ennemis, porter des matériaux lourds ou défraîchir des mauvaises herbes. En somme, je n’ai pas grand-chose à faire, si ce n’est prendre du plaisir à regarder les autres travailler. C’est comme si je redécouvrais Pikmin, ou que j’étais devenue chef d’entreprise.

Operation: Tango - On ne vit que deux fois

Operation : Tango est un jeu d’espionnage coopératif qui se joue en ligne, en communiquant exclusivement par micro. Alors que le monde est menacé par un dangereux cyber-terroriste, deux agents spéciaux ont pour tâche de l’arrêter : d’un côté, Alistair, un hacker redoutable incarné par Malware, qui reste à ce jour toujours incapable de différencier sa gauche et sa droite ; de l’autre, Angel, une agent de terrain spécialisée dans l’infiltration incarnée par moi-même, qui suis incapable de me mouvoir autrement qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Returnal - Lieutenant Selene Replay

À chaque fois qu’un roguelike (ou un roguelite, d’ailleurs) est proposé lors d’une conférence de rédaction, on peut entendre plusieurs rédacteurs que je ne nommerai pas – sauf Malware – soupirer à l’unisson. Le jour où Returnal a été posé sur la table, c’est sans doute moi qui ai poussé le plus long soupir. Il y avait trop d’éléments louches : l’histoire d’une astronaute qui s’écrase sur une planète inconnue, condamnée à revivre en boucle la même journée, présentée comme un « jeu d’horreur psychologique » qui s’inspire notamment de la franchise Alien ? C’était un jeu qui semblait tellement taillé pour mes goûts personnels que j’ai choisi de m’en méfier, du moins au début.

Et pour quelques dollars virtuels de plus - Une brève histoire du « gold farming » (et de ce qu’il en reste)

Dans les années 2000, alors que les MMORPG commençaient à se populariser à travers le monde, la pratique du gold farming – qui consiste à amasser des biens virtuels et à les revendre contre de l’argent réel – a connu un grand essor et a été largement documentée par les médias, mais elle reste encore auréolée de mystère. Aujourd’hui, on sait qu’il existe toujours des gold farmers qui passent des heures à abattre des sangliers virtuels, cueillir des plantes rares et accomplir toutes sortes de tâches laborieuses pour revendre le fruit de leur travail à des joueurs plus fortunés. Et ils ne semblent pas près de disparaître.

Agony of a Dying MMO - La mort en ligne

« Oh trop bien, un jeu qui se passe dans un MMORPG dont les serveurs s’apprêtent à fermer », me suis-je enthousiasmée en découvrant la démo du très bien nommé Agony of a Dying MMO, avant d’essuyer les sarcasmes de Kahn Lusth. C’est vrai qu’à l’heure où la plupart des MMO sont en train de crever la bouche ouverte sur un trottoir, j’aurais tout aussi bien pu demander le test d’un jeu comme New Worlds.

Judas and the Black Messiah

Je me méfie toujours un peu des « films à Oscars » – j'entends par là les drames pleins de bons sentiments, de préférence avec une dimension historique, qui ne prennent pas trop de risques et semblent plus soucieux de remplir leur petit cahier des charges que de faire du bon cinéma. Judas and the Black Messiah est effectivement un film à Oscars, qui a d'ailleurs permis à Daniel Kaluyaa de remporter celui du meilleur acteur dans un second rôle et décroché cinq autres nominations, mais il est fantastique à bien des égards : le film retrace l'ascension de Fred Hampton, jeune leader du parti des Black Panthers dans l'Illinois, alors qu'une personne de son entourage vient d'être embauchée par le FBI pour le faire tomber. Le réalisateur, Shaka King, le résume comme un mélange des Infiltrés et du Conformiste, et c'est à peu près ça – à ceci près qu'il tacle aussi le sujet des inégalités raciales sans concession, et décrit comment Hampton est devenu la cible des policiers tout en dénonçant les méthodes révoltantes du gouvernement.

Ashwalkers - La horde du contretemps

Un de mes plus grands regrets, c'est de n'avoir jamais eu de Tamagotchi. La première fois que j'en ai vu un, j'étais à l'école primaire, et celui d'une de mes camarades de classe venait de mourir. Quand elle a réalisé qu'il était possible de le ressusciter en le réinitialisant avec une simple mine de Critérium, j'ai vu son visage passer de la tristesse la plus profonde à la joie ultime – et c'est sans doute à ce moment précis que j'ai réalisé que je loupais quelque chose.