À sa sortie en décembre 2011, soit quelques mois après Portal 2, Q.U.B.E. était ce qui s'approchait le plus du jeu de Valve conceptuellement, mais en proposant des mécaniques différentes. Foin des portails : dans Q.U.B.E., on manipulait directement l'environnement grâce à des gants magiques et multicolores qui permettaient de pousser, tirer ou déplacer certains éléments du décor. Le mois suivant, dans son test (8/10), Kahn Lusth félicitait les développeurs pour leur choix d'une absence totale de narration qui démarquait encore plus leur jeu des titres de Valve. Mais ça n'a pas suffi au petit studio britannique Toxic Games : en 2014 est sorti Q.U.B.E.: Director's Cut, une grosse mise à jour du jeu qui rajoutait tout un volet narratif recontextualisant les niveaux et les casse-tête. Si Q.U.B.E. 2 n'est pas la suite de Q.U.B.E. (c'est énervant, hein, toutes ces majuscules et ces petits points ? Allez vous plaindre au développeur, moi je n'y suis pour rien), c'est parce qu'il s'agit de la suite de Q.U.B.E. : Director's Cut.