Sur le papier, Stationeers a tout du futur hit indé. Incarnant un astronaute en vue à la première personne, le joueur débarque sur la lune (ou un astéroïde) et doit y bâtir une station spatiale. Il faut tout faire soi-même, à la main : monter et souder les murs en acier, installer les panneaux solaires, créer un réseau électrique, gérer les gaz pour créer une atmosphère respirable, le tout en évitant de crever par manque d'oxygène ou d'énergie. Il y a un peu d'Astroneer, un peu de Space Engineers, un peu de Minecraft, avec des tas de systèmes complexes à monter, de la collecte de minerai, de l'exploration à bord de vaisseaux qu'on fabrique soi-même. J'étais excité comme une puce à l'idée de me lancer là-dedans. Certes, le style graphique anguleux est momoche, les ombres sont affreuses, il y a quelques bugs bien pénibles et plantages, mais on ne va pas s'arrêter à ces détails.