Rendre le ray tracing exploitable dans les jeux vidéo est un vieux rêve d’ingénieur. Et ce n’est pas la première fois qu’on nous annonce qu’il est à portée de main. En 2007 déjà, Intel avait engouffré des sommes colossales pour développer un processeur graphique capable de le réaliser. Ce GPU, nom de code Larrabee, était censé pulvériser les puces des Geforce de Nvidia et des Radeon d’ATI, notamment parce qu’il était capable de performances supérieures en matière de ray tracing en temps réel. Pour faire grimper la hype, Intel montra même en 2008 une version ray tracing d’Enemy Territory : Quake Wars. Et puis… plus rien. Deux ans après, le projet Larrabee fut abandonné pour des raisons qui n’ont jamais été très claires. La puce a été vendue un temps comme coprocesseur spécialisé pour station de travail, avant de disparaître du catalogue.