Il faut croire que Battlefield 1 et sa pseudo-Première Guerre mondiale ont épuisé les crédits d’originalité chez Dice. Terrifiés à l’idée d’enchaîner deux contextes historiques qui sortiraient des sentiers battus, les développeurs suédois ont préféré jouer la sécurité et remettre leurs vieilles pantoufles estampillées 1939-1945. Merci beaucoup, ça faisait longtemps. Histoire de faire passer la pilule, le studio a néanmoins travaillé un peu son sujet et choisi de nous proposer des théâtres d’opération rarement mis en lumière dans le cadre de son mode solo « war stories », comme la bataille de Norvège. C’est d’ailleurs dans le port de Narvik que j’ai pu balancer mes premières pralines, à l’occasion d’une session de « grandes opérations », mode multijoueur destiné à accueillir 64 combattants qui, après une première apparition dans Battlefield 1, fait son retour sous une forme légèrement remaniée.