Pour être honnête, je fais partie de ces joueurs nostalgiques qui ont froncé un petit sourcil à l’annonce de Streets of Rage 4, un peu effrayé par la nouvelle direction artistique qui met de côté les gros pixels pour un rendu plus lisse. Manette en main, après une démo d’une vingtaine de minutes, il faut admettre que les jolis dessins concoctés par Ben Fiquet (du studio Lizardcube, qui collabore avec Dotemu pour ce jeu), entièrement animés à la main, sont très convaincants. Pas de doute, c'est Streets of Rage et ses rues infestées de punks, ses loubards en bandana et ses dominatrices qui balancent des grands coups de fouet. Côté maniabilité, Dotemu a fait un gros effort pour retrouver la touche particulière des jeux de la Megadrive, et ça se sent. Blaze et Axel, les deux personnages jouables de cette démo, réagissent comme à l’époque, sautent, chopent et surtout balancent des tatanes avec la grâce de leurs vingt-sept ans. Pour ce qui est du jeu en lui-même, difficile de livrer un premier avis : le studio est encore en plein développement, et les mécaniques de gameplay ne sont pas encore totalement définies. Ce que le studio nous a confié, c’est qu’ils espèrent faire un jeu avec une durée de vie plus longue que ceux d’origine, ce qui impliquera nécessairement de varier les situations et les niveaux, voire les modes de jeu, pour ne pas lasser. La bonne nouvelle, c’est que Dotemu semble vouloir se donner le temps pour fignoler un bon jeu, sans se précipiter, d’où l’absence de date, ou même de créneau de sortie. « On veut faire les choses bien, on ne fait Streets of Rage 4 qu’une seule fois dans sa vie », nous a dit l’un des responsables du studio. Et ça, c’est plutôt bon signe.