Qui n'a jamais rêvé d'errer dans l'espace, à court de nourriture et poursuivi par les sbires de multinationales tentaculaires ? Certes, ça a l'air plutôt fébrile, comme rêve. Mais au moins, ça explique que Blue Manchu (développeur du réjouissant Card Hunter) se soit dit qu'il y avait là matière à faire un jeu vidéo bourré d'action. Imaginez d'abord une carte des étoiles à la FTL, avec un choix de plusieurs destinations. Imaginez ensuite que dans beaucoup de ces points d'intérêt, il y ait un vaisseau spatial qui n'attende que d'être abordé et pillé : voilà, vous venez de piger le concept de Void Bastards, un jeu de pirate de l'espace où chaque abordage se fait en vue FPS, un flingue à la main. Après y avoir joué un petit quart d'heure, je suis optimiste, surtout devant le soin avec lequel les vaisseaux ennemis ont été conçus. Ils ont tous des particularités selon la firme à laquelle ils appartiennent, qu'il s'agisse des types d'ennemis, des ressources disponibles, de l'agencement des salles, des technologies à voler ou même du style de déco. C'est important, parce qu'avec sa charte graphique volée aux comics (jusqu'aux onomatopées qui apparaissent en toutes lettres à l'écran), Void Bastards veut aussi séduire par son aspect. Mission réussie en ce qui me concerne, même si les combats m'ont paru un peu mous – je m'attendais à une action frénétique bourrée de tension. Je me rassure en me disant qu'il s'agissait sans doute d'un équilibrage particulièrement abordable destiné à la démo presse.