Aux dialogues rigolos et au monde très dense de Divinity : Original Sin 2 (DOS2), j'ai toujours préféré ses combats. Que voulez-vous, je suis un homme simple. Pour m'épanouir, il me suffit d'aplatir des nains, des démons ou des malandrins grâce à une équipe hétéroclite de géomanciens, de guerriers polymorphes et de poignardeurs invisibles. Dans DOS2, cette pléthore de classes de perso, de sorts et d'ennemis permettait aux bastons de conserver leur fraîcheur pendant toute l'aventure : on n'affrontait pas de la même manière un crocodile géant au niveau 3 et des sorciers du froid au niveau 10. Mais au-delà de ces situations très diverses, les affrontements conservaient leur côté jouissif grâce à des mécaniques perfectionnées à souhait. Loin des règles lourdingues de Donjons & Dragons (le THAC0, bon sang !) et des élucubrations qu'inventent parfois les jeux de rôle, DOS2 cherchait la simplicité sans enlever à la profondeur tactique, et s'il restait moult attributs et statistiques (autrement, les rôlistes en auraient fait une apoplexie), elles ne rendaient pas la prise en main plus difficile. On imagine donc bien à quel point Divinity : Fallen Heroes est une bonne nouvelle, d'autant que pour le développer, Larian a sollicité l'aide de Logic Artists, créateurs de l'excellent Expeditions : Conquistador.