Bon, je vais être honnête avec vous. En réalité, je n’aime pas vraiment les jeux vidéo. La seule raison qui m’a poussé à ouvrir la porte de Canard PC pour y proposer quelques textes mal écrits et sans intérêt, c’était pour pouvoir poser les mains, au moins une fois, sur le remake de Final Fantasy VII avant sa sortie. Du coup, quand Louis-Ferdinand Sébum a demandé qui voulait aller à la Gamescom cette année, sachant qu’il y aurait une démo jouable du jeu, j’ai sauté sur l’occasion. Hélas, c’était compter sans la perfidie de Kahn Lusth qui, au moment d'établir les plannings, a décidé de me mettre sur tout SAUF sur FFVII Remake. Qu’à cela ne tienne, j’ai pris sur ma pause déjeuner pour foncer sur le stand, griller tout le monde en brandissant mon passe presse comme s’il s’était agi d’un passeport diplomatique, et j’ai fini par réussir à jouer des épaules entre deux ou trois Allemands obèses et à m’installer devant un poste pendant un petit quart d’heure. Eh bien les amis, quel quart d’heure ! Et la musique ! Et les animations ! Et le système de combat, dynamique, tactique, simple et profond ! Et la direction artistique ! Et les voix en anglais ! Bref, au moins, maintenant, je sais pourquoi je fais ce métier.