Si vous traversez un moment difficile, si vous commencez à douter de pouvoir un jour remonter la pente, pensez au jeu de stratégie en temps réel. Il y a encore deux ans, on donnait le genre pour mort. Oh, on trouvait bien quelques brillantes bizarreries, comme Offworld Trading Company, mais côté STR traditionnel, à part Gray Goo et Steel Division, c'était le calme plat. Et voilà-t-y pas que cette année, coup sur coup, paf, deux STR pur jus comme on n'en faisait plus. A Year of Rain de Daedalic, clone modernisé de Warcraft 3, et Iron Harvest, version steampunk de Company of Heroes. Comme dans ce dernier, on micromanage une petite escouade de soldats capables de lancer des grenades, de se mettre à couvert (il est vital de se protéger et de prendre l'ennemi par le flanc) et de ramasser les armes tombées au sol, mitrailleuses ou bazookas, pour disposer de nouvelles capacités. Pour changer un peu de la Deuxième Guerre mondiale, et ne pas laisser à Electronic Arts le monopole du steampunk avec casque à pointe, les développeurs d'Iron Harvest ont jeté leur dévolu sur une version uchronique de la Grande Guerre où trois factions, la Polonie, la Russie et les Saxons, continuent de se battre en 1920, accompagnés de chars et de mechs géants. À lui seul, le combat contre les mechs, qui nécessite de détourner leur attention pour les prendre à revers et exposer leur blindage arrière moins épais, mérite le détour.