Un jeu ambitieux coûte cher à produire et très cher à lancer (sur les plus grands blockbusters du jeu vidéo, le budget marketing devient équivalent au budget de production), c’est donc une entreprise très risquée. Encore plus s’il s’agit d’une nouvelle création sans rapport avec une franchise préexistante ou une licence connue (on parle alors de « nouvelle IP », IP pour Intellectual Property, soit propriété intellectuelle). Pour essayer de limiter ces risques (entre autres), beaucoup d’éditeurs ont embrassé ces dernières années le modèle du jeu-service : un jeu qui durerait une fois établi et dans lequel on pourrait garder le joueur longtemps en renouvelant le contenu proposé, grâce aux microtransactions et aux abonnements divers.

Mais un jeu vidéo vieillit. Technologiquement, évidemment, mais aussi du point de vue gameplay : le public, et ses goûts en la matière, évoluent. À un moment se pose la question-clé : quand et comment remplacer un jeu-service par son successeur ? Voici six façons de répondre à cette question.