Si vous n'avez pas le courage de lancer ce 896e documentaire Netflix sur les barons de la drogue ou le cannibale dépeceur de Los Angeles, vous pouvez essayer la série juste à côté, Le Jeu de la dame, avec cette demoiselle rousse qui joue aux échecs sur la jaquette. Vous me direz peut-être que les échecs vous ennuient, que votre truc, c'est plutôt les jeux de société comme Hippos Gloutons – qui est d'ailleurs beaucoup plus tactique que ce que les gens pensent. N'ayez néanmoins aucun doute sur le fait que Le Jeu de la dame (The Queen's Gambit en anglais) ira rejoindre votre panthéon personnel de la série télé. C'est simple, tout est bien. Les images sont splendides, l'actrice principale crève l'écran et le scénario, retraçant l'itinéraire personnel chaotique d'une surdouée des échecs, m'a fait trépigner sur mon canapé en regardant des gens discuter de la défense sicilienne. Je ne dis pas que j'ai pleuré à gros bouillons pendant l'épisode final, je dis juste que ça peut arriver à certains, tant l'histoire est belle et les personnages attachants.