Ellen Replay

249 articles
Dans les mondes oubliés d’Active Worlds - Avec les derniers habitants d’un univers virtuel des années 1990

Active Worlds est l’un des plus anciens univers virtuels en trois dimensions. Lancé en 1995, il abrite aujourd’hui plusieurs centaines de mondes presque entièrement bâtis par ses utilisateurs, et s’étend sur une superficie de plus de 420 000 kilomètres carrés virtuels. À son apogée, on pouvait y interagir avec plusieurs milliers d’utilisateurs en temps réel. Depuis supplanté par des univers comme Second Life puis par les réseaux sociaux, il semble n'en rester que des paysages abandonnés, des bots esseulés et des messages que plus personne ne prendra jamais la peine de consulter. Pourtant, les serveurs sont toujours actifs, et une poignée d’utilisateurs continue de s’y rendre quotidiennement – 24 ans plus tard, certains n’en sont jamais vraiment partis.

Daymare : 1998 - La fin justifie les petits moyens

Alors que le garde-forestier Sam Walker s'avance sur le chemin qui le sépare du funiculaire de la ville de Keen Sight, il tombe sur un zombie aux traits déformés. « C'est toi, Roland ? Je pensais que t'étais handicapé à vie ! » Je ne pourrais pas mieux résumer Daymare : 1998 que par cette réplique : à la fois maladroite, drôle et terriblement attachante – et des répliques maladroites, drôles et terriblement attachantes, il y en aura beaucoup.

Control - Aux grands maux les grands Remedy

Ce n’est plus vraiment un secret, mais depuis des années, je joue essentiellement sur console, et mon arrivée à Canard PC ne s’est pas faite sans appréhension. Avant de franchir le seuil de la rédaction, je m’imaginais débarquer dans une sombre confrérie, où des êtres encapuchonnés arborant des T-shirts « PC Master Race » promenaient des rats sans tête en laisse. C’est à peu près ce que j’y ai trouvé. Pendant les premiers jours, ils n’ont rien remarqué – j’ai branché une manette sur mon PC de travail, et j’ai fait comme si de rien n’était. Mais dès que je rentrais chez moi, je m’empressais de retrouver ma PS4 adorée, celle qui me permet d’apprécier les jeux sur grand écran, bien plâtrée dans mon canapé, et que mes collègues intraitables qualifient régulièrement de « PC mutilé ». Et puis Control a remis certaines de mes certitudes en question.

The Dark Pictures : Man of Medan - La jeunesse est un naufrage

Ils sont jeunes, beaux, excessivement riches et ils partent explorer une épave de la Seconde Guerre mondiale enfouie dans les tréfonds de l’océan Pacifique. Ce sont les cinq héros de Man of Medan, premier volet d’une anthologie d’horreur qui s’inscrit dans la lignée des nouvelles de Nathaniel Hawthorne et d’Edgar Allan Poe – et dont les aventures sont contées par le personnage du Conservateur, narrateur omniscient qui répond toujours présent pour briser le quatrième mur en commentant toutes vos mauvaises décisions.

Blair Witch - Une nuit de chien

Heureusement que tu es là, Bullet. On se sent très vite seul dans la forêt. Sans toi, je crois que je deviendrais fou. Je le suis peut-être déjà un peu, qui sait ? Mais quand je t'ai à mes côtés, j'ai l'impression que tout va bien. Depuis que je me suis mis en tête de retrouver ce gamin disparu, je sais que je ne pouvais pas rêver meilleur partenaire. On dit que les bergers allemands sont loyaux et fidèles à leur maître, et c'est vrai. Tu es toujours là quand la nuit tombe. Tu pleures quand le danger arrive, mais tu ne m'abandonnes jamais.

Watch Dogs : Legion - Rencontres du troisième âge

Depuis la bande-annonce de Watch Dogs : Legion dévoilée à l’E3, qui révélait la possibilité de recruter n’importe qui dans son équipe de hackers, je n’avais qu’une seule envie : embaucher une petite mamie, comme celle qu’on pouvait voir dans la vidéo, et en faire l’assassin le plus redoutable que ce Londres futuriste ait jamais connu.

Cyberpunk 2077 - Le jour où CD Projekt a retourné sa veste

Alors que je quitte la salle de projection de Cyberpunk, des étoiles dans les yeux et une veste promotionnelle taille S sous le bras, un trentenaire à l’air soucieux vient m’aborder. Un badge « Exposant » pendouille tristement de son cou. « Bonjour, j’aimerais vraiment avoir cette veste en M, est-ce que tu sais où je peux l’acheter ? » Lorsque je lui avoue n’en avoir aucune idée, il affiche une mine déçue. « Je ne suis pas de la presse, et ils ne veulent en donner qu'aux journalistes », déplore-t-il avant de repartir, dépité. Le même manège recommence une heure plus tard, quand je pose la fameuse veste sur un siège, le temps de tester un autre jeu. « Malheureuse ! Ne laisse pas ça traîner, tout le monde la veut », me hurle un développeur. Je serre la veste précieusement contre mon cœur battant et cours pour me rendre à mon prochain rendez-vous. Autour de moi, des voix s’élèvent – « Je te l’échange contre un rein fonctionnel ! » –, j’esquive un visiteur malingre arborant une pancarte « Une veste Cyberpunk 2077 contre mes faveurs sexuelles » et je finis par me réfugier dans les toilettes les plus proches, alors qu’une dizaine de fous furieux tambourinent à la porte. Comment en est-on arrivé là ?

Beyond a Steel Sky - L’Union City fait la force

Rock of Ages 3 - Meule de fromage qui roule n’amasse pas mousse

Shenmue III - Shenmue du genou