Dans cette nouvelle rubrique, nous allons essayer de rendre ­compréhensible un sujet largement traité dans le magazine. Nous pourrons ensuite vous renvoyer vers celle-ci quand les concepts seront évoqués.

Pour commencer, nous allons traiter des différents Lake d'Intel, ainsi que les Cove et Mont. Quand nous évoquons un processeur Intel, il y a en fait trois noms qui désignent à peu près la même chose. Le premier est le nom commercial, celui que vous verrez sur les boîtes et en magasin. Depuis quelques années, Intel parle de Core – le nom de la gamme – et ajoute une génération. En 2015, le fabricant a par exemple sorti la sixième génération de Core. Comment connaître la génération ? Facile : en regardant le premier chiffre qui suit la gamme. Un Core (nom commercial) i7 (placement dans la gamme) 6700 est donc un processeur de 6e génération. Jusque-là, tout devrait aller.

Le second nom que nous allons utiliser est le nom de code lié au nom commercial, parfois qualifié de microarchitecture ou de plateforme. Depuis quelques années, il comprend généralement le mot Lake (lac en anglais), parce qu'Intel prend des lacs américains comme référence. Attention, ça va se compliquer. Dans les processeurs destinés aux ordinateurs de bureau, nous allons donc parler de Skylake (Core de 6e génération), Kaby Lake (Core de 7e génération), Coffee Lake (Core de 8e et 9e génération), Comet Lake (Core de 10e génération), Rocket Lake (Core de 11e génération) et Alder Lake (Core de 12e génération). Dans certains cas, il peut y avoir un Lake pour les versions mobiles, comme Ice Lake (Core de 10e génération, mais en mobile) ou Tiger Lake (Core de 11e génération, en mobile aussi). Pire, il existe même des Lake qui sont… les mêmes. Dans tous les cas, il n'y a pas réellement de logique, Intel doit surtout sortir du neuf dans certains cas.

Nous en arrivons à la partie vraiment tordue. Si vous prenez un processeur, il contient des cœurs. Et les cœurs en question utilisent une architecture, qui possède aussi son nom de code (c’est le troisième). Prenons un cas « simple », un Rocket Lake (Core de 11e génération) : il intègre des cœurs qui utilisent l'architecture Cypress Cove (oui, voici les Cove). Maintenant, un cas un peu plus compliqué, celui d'Alder Lake (Core de 12e génération) présenté ici. Il s'agit d'un processeur hybride qui contient deux types de cœurs : des cœurs performants, nom de code Golden Cove, et des cœurs basse consommation, nom de code Gracemont. Allons encore un peu plus loin : dans le cas de la 6e génération de Core (Skylake, bravo, vous avez suivi), l'architecture porte le nom de… Skylake. Oui, c'est très pratique : parfois, les noms de code se chevauchent. Et pour les autres processeurs ? Les Core de 7e, 8e, 9e et 10e génération utilisent la même architecture : Skylake. Là, nous vous avons peut-être perdu, donc nous vous proposons un tableau qui résume le tout et devrait vous aider.

Le tableau propose les principaux processeurs Intel dont nous parlons dans ce magazine (et dans les précédents). Il existe d'autres noms de code plus rares, comme Cannon Lake, qui utilise Skylake et dont la gamme se limite à un seul processeur Core de 8e génération. De même, les processeurs de la série basse consommation d'Intel (les Atom) utilisent une plateforme en Lake (par exemple Apollo Lake) avec une archi­tecture en Mont (Goldmont). Mais nous avons décidé de ne pas rendre le tableau plus complexe.