Certains prétendent que les jeux coopératifs sont faits pour les couards qui craignent l’affrontement et les foies jaunes qui préfèrent faire porter la responsabilité de leurs échecs sur les épaules des autres…
C’est rigoureusement exact.
Oh, ça va, on plaisante, revenez… S’il est vrai que le genre ne convainc pas tout le monde, et notamment ceux pour qui le jeu de plateau est un moyen rigolo de se mettre sur la gueule dans la bonne humeur, le jeu coopératif contient néanmoins de sacrées pépites. De plus, c’est le genre par excellence pour initier de parfaits néophytes qui se sentiraient un peu intimidés par toutes ces règles et ces pions bizarres. Un genre qui possède toutefois un travers de taille : celui de parfois permettre l’émergence de petits chefs qui, sous prétexte qu’ils connaissent bien le jeu, diront à chacun quoi faire. Il faut donc toujours prévoir un objet lourd et contondant à lui jeter au visage en cas de besoin.