Afin d'entrer tout de suite dans le vif du sujet, et pour dire les choses simplement, Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle (que l'on nommera Mario Lapins dans la suite de ce texte, parce que faut pas pousser Bowser dans les bégonias, sinon on va croire que j'essaye de gratter quelques signes facilement) est à la fois tout à fait un jeu à la XCOM – et en même temps pas du tout. Mario Lapins, où le plombier nintendéen fait équipe avec des lapins crétins pour annihiler d'autres lapins (qui eux sont alliés avec Bowser Jr., faut suivre), vous amène à diriger un petit groupe de braves soldats armés dans des combats au tour par tour. Il faut se mettre à couvert, gérer les lignes de vue, utiliser la vue tactique, profiter de chaque occasion pour tirer, protéger ses arrières et prévoir un minimum les mouvements et attaques de l'adversaire. Sauf qu'ici (et contrairement aux jeux de Firaxis), tirer et se protéger a beau être important, ce n'est plus l'essentiel : il faut avant tout rester en mouvement, tacler les ennemis à chaque occasion, sauter sur un allié pour se projeter encore plus loin, utiliser au mieux les spécificités de chaque niveau (par exemple des tuyaux qui permettent des trajets immédiats d'un bout à l'autre du terrain) pour se déplacer du mieux possible, tout en sachant que l'ennemi peut également le faire. Par ailleurs, Mario Lapins ne reprend absolument pas le volet gestion des XCOM, remplacé ici par de simples arbres de compétences pour chaque personnage.