Le moins que l'on puisse dire, c'est que Dusk n'y va pas avec le dos de la cuillère à nostalgie2, et je ne fais pas seulement référence à l'écran de chargement qui imite le prompteur MS-DOS. Même le modèle de distribution fait dans l'antique. Dusk n'est pas un jeu en accès anticipé à proprement parler : en le précommandant sur Steam, vous gagnerez simplement accès au premier épisode (sur les trois que comptera le jeu entier) de dix niveaux, comme dans les versions shareware de notre jeunesse. Quant au jeu lui-même, mettons, pour faire bref, qu'il s'agit d'un croisement entre Quake (1996) et Blood (1997), avec une lichette de Hexen II (1997). Du jeu d'Id Software, Dusk a volé le style visuel, les traînées de particules carrées, les ennemis modélisés à la serpe. De celui de Monolith, l'ambiance « magie noire et film d'horreur de série Z ».

Note 2 : Comme nous l'apprend Nadine de Rothschild, la cuillère à nostalgie doit être placée entre le couteau à fromage et la fourchette à poisson.