Malheur ! L'infâme Bowser vient d'enlever la princesse Peach afin de l'épouser contre son gré. Pendant le rapt, la patibulaire tortue stéroïdée a aussi embarqué Tiara, la petite sœur de Cappy le chapeau magique. Et voilà pourquoi Mario, dans cette super odyssée, s'apprête à parcourir la planète tout en lançant un couvre-chef dans tous les sens. Si cela vous paraît n'en avoir aucun, sens, c'est que comme de tradition, la vraisemblance n'est pas le souci principal de Nintendo. Super Mario Odyssey (SMO) a d'autres préoccupations. La première, dans un ordre arbitraire qui n'a probablement rien à voir avec celui qui a présidé aux réunions de travail à Tokyo, c'est de tirer parti des possibilités de la nouvelle console modulable de Nintendo. S'il est possible de jouer à SMO avec une manette traditionnelle, ou avec l'écran de la Switch fermement ancré aux manettes, une utilisation de salon réveille le pouvoir gyroscopique des Joycon. Je m'en vais vous expliquer ça immédiatement.