Warsim : The Realm of Aslona ressemble à un cauchemar de maquettiste. Ayons donc une pensée pour Miss Katonic qui se sera dépêtrée de la mise en page de ce papier, illustré uniquement par des photos de texte. Et pourtant, que d'images dans mon esprit au moment de rédiger ces lignes ! Car c'est là le pouvoir du texte, même médiocre : il crée des paysages dans la tête. The Realm of Aslona vous place sur un trône. Pas toujours exactement le même. Vous serez parfois le roi légitime d'un peuple qui a connu vos ancêtres, parfois un roi démonique placé là par des forces occultes, parfois le roi des brigands. À chaque nouvelle partie, les cartes (métaphoriques hein, ce n'est pas un Hearthstone ou je ne sais quoi) changent, et vous aurez le loisir d'explorer des situations de départ différentes. Cela ne change pas grand-chose à l'affaire qui vous intéresse : rester bien assis sur votre chaise dorée, amasser des quantités de richesses et vous débrouiller pour que les puissances voisines ne vous enquiquinent pas trop.