My Time at Portia s’inscrit dans un héritage millénaire ou presque. Il enfile les charentaises rembourrées de ses prédécesseurs : Animal Crossing, Harvest Moon, Stardew Valley. Ainsi chaussé, il s’en va faire un tour dans un village de bord de mer où vous attendent une fermette en piètre état au pied des fortifications, des ruines à explorer à la recherche de minerais et d’artefacts anciens, une quantité impressionnante de voisins et de voisines et, peut-être, le titre de meilleur artisan. Conformément à ce que vous imaginez sans doute, il va vous falloir courir en vue à la troisième personne dans tous les sens pour couper du bois, fabriquer des outils, discuter avec les gens, leur offrir des cadeaux, améliorer votre établi, tuer des animaux mignons pour leur fourrure, cuisiner pour Untel, retrouver les affaires de Bidulette… Et vivre ainsi par procuration une vie parfaite et merveilleuse dans un univers aux couleurs douces où jamais la neige ne fond de manière dégueulasse.