Inutile de tourner pendant des heures autour du pot : Eco est profondément inspiré de Minecraft. Génération procédurale d'une planète, constructions et aménagements cubiques, libre créativité… Autant attaquer directement sur les différences profondes qui le font se distinguer de sa muse. Pas d'inventaire démesuré, d'abord. Chaque personnage ne peut transporter qu'un poids limité, donc impossible de se trimbaler avec assez de pierre taillée dans les poches pour ériger une reproduction au 1/5e du phare d'Alexandrie. L'interdépendance, ensuite : chacun doit utiliser ses points de compétence, glanés avec le temps, afin de se spécialiser. D'une part pour réduire ses besoins en matière première et d'autre part pour débloquer des recettes avancées. Sans oublier les évolutions technologiques, puisque si les joueurs d'un serveur débutent avec des connaissances élémentaires, disons moyenâgeuses, la recherche leur permettra de découvrir les machines à vapeur, l'électricité, le plastique... Et enfin la dernière, et pas la moindre : la course contre la montre.