Controversée, dangereuse, fustigée... Voici les qualificatifs utilisés par Arkhane Asylum Publishing pour décrire la série d’articles écrits par John Wick, dont l’objectif était d’apprendre aux MJ à mieux mener leurs parties de jeux de rôle. Ils auraient pu également dire « survendu », puisque Dirty MJ se résume à l’interminable paluchage de son auteur, plus doué pour se gargariser de la façon dont il manipule sans cesse ses joueurs que pour produire de vrais conseils. À la limite, on pourrait tenter de se convaincre que Wick campe un crétin narcissique, mais force est de constater que les préconisations du « maître » sont peu nombreuses et se bornent à répéter en boucle que le mensonge et la triche sont les mamelles d’une narration réussie. Bref, un bouquin qui ne vous apprendra rien, à moins d’avoir découvert l’existence des jeux de rôle il y a dix minutes ou d’avoir une grosse envie d’être détesté par sa table de joueurs.